Découverte - Dondi White, le street-artiste à la mode

À la Fashion Week de Paris, Virgil Abloh a rendu hommage au pionnier du street-art Dondi White lors de son défilé Off-White printemps-été 2019, à la Fashion Week de Paris. Les pièces sont inspirées du style streetwear du graffeur new-yorkais, Donald J. White. L'occasion de se replonger 40 ans en arrière dans les origines du Street-art et de vous présenter sa figure emblématique américaine.

  • dondi j white
  • street look jean-t-shirt-baskets
  • inspiration défilé
  • -homme-collection-printemps-ete-2019
  • Dondi-White
  • dondi
  • dondi-white-martha-cooper
  • Dondi-White-Children-of-the-Grave-part-Three.-Photo-Martha-Cooper-865x577
  • defile-off-white-homme-collection-printemps-ete-2019
  • defile-off-white-homme-collection-printemps-ete-2019 inspiration street
  • defile-off-white-homme-collection-printemps-ete-2019 Donald J White

 

Son Histoire 

Dondi White est né en 1961 et grandit à Brooklyn. A cette époque règne sur le quartier un sentiment d'insécurité à cause des gangs dont Dondi fait parti. En leur compagnie, l'artiste découvre le tag et exprime son art sur les murs de New York et sur les wagons du métro. L'une de ses créations les plus célèbres s'appelle Children of the Grave et recouvre deux wagons entièrement.

Avec lui le graph' gagne en reconnaissance mais graffer dans le métro est toujours aussi dangereux, Dondi commence alors à bomber sur des toiles. En 1982, l'actrice américaine Patti Astor et son acolyte Bill Stelling l'expose dans une galerie consacrée à ses toiles. Sa carrière décolle et alors les galeries et musées de toute l'Europe se l'arrache, les expositions et les commandes se multiplient. Dondi passe d'artiste de rue à artiste reconnue. Vers la fin de sa carrière il abandonnera au fur et à mesure la bombe pour laisser place à des collages ou des dessins au stylo encre. Dondi White finit par mourir du sida en 1998, mais il continue de faire figure d'avant-garde dans cette pratique qui est aujourd'hui largement démocratisée, et qui, comme on peut l'observer, n'a pas finit d'inspirer les milieux artistiques.


Vous aimerez aussi…

HyperFocal: 0
  • Découverte

La fin des temps vue par Hugh Hayden. Déconstruction des mythes traditionnels

Diplômé en architecture, la vision de Hugh Hayden envisage les espaces et volumes comme autant de symboles qu’il utilise à son gré. En utilisant différentes formes de bois – de provenances inattendues telles que les arbres de Noël ou les bois exotiques par exemple – l’artiste américain façonne des objets surréalistes et divers pour donner son interprétation de la fin des temps.

Malin Bülow - Elastic Bonding 6
  • Découverte
  • Insolite

 Les sculptures humaines de Malin Bulow

L’œuvre de la suédoise Malin Bülow – maintenant installée à Oslo en Norvège – se situe à cheval entre les questions de vivant et de non vivant, d’élasticité et de fluidité ; ses installations sont autant de prestations que de performances, utilisant différentes formes esthétiques et artistiques.

Craig Alan - Joker 2
  • Découverte

 Les regroupements de foules incroyables des portraits de Craig Alan

La série « Populus, Figurative » de Craig Alan met en scène de petits personnages se réunissant pour former des portraits d’hommes et de femmes célèbres – Marilyn Monroe, James Bond, Gandhi, John Lennon, la reine Elizabeth… Dans « Populus, Conceptual » et « Populus Abstract » ils se regroupent pour créer des formes non figuratives.

Adrian Gray - Stonebalancing 5
  • Découverte

 La zen-attitude des roches en équilibre d’Adrian Gray

Pas un mouvement brusque, pas un souffle, pas un tressaillement… et peut-être est-il possible d’imiter l’artiste britannique Adrian Gray, qui a initié une nouvelle forme d’art. Le « stonebalancing », ou l’art que trouver l’équilibre des roches, est une forme de land art basée sur l’assemblage de pierres, en utilisant uniquement les forces cinétiques naturelles.