2 surprise

On a vu Alexandre Dumas au Château de Monte-Cristo

Château de Monte-Cristo //

  • Vue du Château de Monte-Cristo
  • Escalier du Château de Monte-Cristo
  • Castel Gothique
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo
  • Vue de l'exposition Alexandre Mijatovic au Château de Monte Cristo

 

Alexandre Dumas, le romancier français le plus lu au monde a construit son petit paradis à à peine 20mn de Paris, le château de Monte-Cristo à Port-Marly. Un petit bijou d’architecture qui n’a aucun équivalent en France.

Et autant vous dire qu’on en apprend des choses ici… Laissez-moi vous conter son histoire. Nous sommes en 1844. Dumas vient d’écrire ses 2 romans à succès, les Trois Mousquetaires et le Comte de Monte-Cristo. Il est richissime, au sommet de son succès et Paris le fatigue… Alors il va faire bâtir son château, un monument à sa propre gloire. Il choisit pour cela une petite colline perchée, avec une forêt de 9 hectares et une vue sur la Seine. Il engage le plus grand architecte du moment qui travaillait à l’époque sur un chantier pour la Cathédrale Notre Dame de Paris. Et il lui confie son rêve : 2 ans pour réaliser un paradis terrestre.

Le parc doit être un écrin de verdure aménagé à l’anglaise avec des grottes, des rocailles, des cascades et les espèces d’arbres les plus rares… Rien ne sera trop beau pour le maître.

Le château principal doit être couvert de sculptures, dans un style renaissance, inscrivant le nom des plus grands écrivains, Shakespeare, Goethe, Chateaubriand, Homère… Et au sommet de tous, évidemment Alexandre Dumas à la place d’honneur, au-dessus de la porte d’entrée. Il ajoute son blason et sa devise, « J’aime qui m’aime » au sommet de sa demeure. Il y crée de toutes pièces un salon mauresque en faisant venir de Tunis des artisans tunisiens pour réaliser ce chef-d’œuvre dans les règles de l’art…  C’est le palais des fêtes les plus extravagantes.

Il y a aussi ce petit castel gothique entouré d’eau qui sera son cabinet de travail. Il l’appellera le château d’If, y fera inscrire le nom de 80 ses chefs-d’œuvre dans la pierre et y ajoutera son chien. Il y travaille de dix à quatorze heures par jour.

La légende raconte que lors de sa crémaillère en 1847, le lendemain de son 45e anniversaire, il invitera 50 amis, 600 personnes se joindront à la fête… Mais un an plus tard, Dumas devra quitter les lieux, à force de fêtes extravagantes et de démesure, il est ruiné… Et vendra son palais pour s’exiler en Belgique.

Ici vous en prendrez plein la vue, vous ressentirez l’énergie débordante de cet écrivain de génie, vous apprendrez qu’il était en réalité petit-fils d’esclave, ses grands-parents s’étant rencontrés à Monte-Christi en République Dominicaine, son père fut le premier général de couleur dans toute l’histoire des armées d’Occident. Et son véritable nom de famille n’est autre que Davy de la Pailleterie d’où sans doute les deux D entrelacés sur son blason monumental au sommet de son château.

Dans les jardins, un autre artiste, un autre Alexandre s’est invité à la fête avec ses sculptures, il s’agit d’Alexandre Mijatovic et son personnage fétiche, fragile, touchant, sympathique. Une promenade bucolique à la rencontre de statuettes attachantes et pensives, à découvrir jusque mi-septembre.

>> À la rencontre d'Alexandre Mijatovic et d'Alexandre Dumas

>> Voir plus de vidéos d'expos 



2 surprise