The Hague
The Hague

Transmission / Transgression

Du 3 octobre 2018 au 3 février 2019 -
Musée Bourdelle //

  • (c) Archives  Ernst  Scheidegger, Zurich
  • Antoine Bourdelle (1861-1929) et ses élèves dans son atelier à la Grande Chaumière. Paris (XIVème arr.). Photographie de Marc Vaux (1895-1971).  Epreuve gelatino-argentique à développement. 1920-1930. Paris, musée Bourdelle.
  • (c) Fondation  Alberto  et  Annette  Giacometti,Paris
  • (c) musée  Bourdelle. Photo  de Thomas  Hennocque
  • (c) musée  Bourdelle. Photo  de Thomas  Hennocque
  • Elève allemande assise au pied de l'Eve de Rodin. XIXe - XXe . Photographie de Antoine Bourdelle. Paris, musée Bourdelle.
  • Antoine Bourdelle (1861-1929) dans les échafaudages. XIXe -XXe. Photographie anonyme. Paris, musée Bourdelle.
  • Stéphanie Van Parys (1877-1945) près du Buste de Madame Vaysse-Cybiel d'Antoine Bourdelle (1861-1929). XIXe -XXe. Photographie anonyme. Paris, musée Bourdelle.
  • Bourdelle et ses élèves à la Grande Chaumière (Service général de la presse). Paris, musée Bourdelle.
  • Antoine Bourdelle et ses praticiens dans son atelier. Paris, musée Bourdelle.
  • (c) musée  Bourdelle. Photo  de Thomas  Hennocque
  • Antoine Bourdelle (1861-1929).
  • Antoine Bourdelle (1861-1929).
  • Emile Antoine Bourdelle (1861-1929). Les sculpteurs de colosses. Monument Alvear. Plume, encre brune et lavis d'encre sur papier. Paris, musée Bourdelle.
  • Henri Manuel . (1874-1947).
  • Anonyme.
  • © Arts in the City

 

« Je ne suis pas un maître d’école, un professeur, mais un artiste qui travaille avec vous » insistait l’emblématique sculpteur Antoine Bourdelle. Pourtant, l’auteur de la décoration du Théâtre des Champs-Elysées (1910-1913) et de l’Opéra de Marseille (1924), guida, durant ses quarante années d’enseignement, 500 élèves au sein de son atelier. Et c’est à Montmartre, bien sûr, que l’histoire se passe. Les photographies qui composent, avec les œuvres sculptées et dessinées, cette exposition un brin immersive, transmettent en un instant l’atmosphère qui devait alors régner dans cet incubateur à talent : créativité et bienveillance. À la fois père et ami, Bourdelle impose naturellement des liens inaltérables entre ses élèves et lui. Peu importe leur pays natal, qu’ils aient fait carrière – Alberto Giacometti, Germaine Richier – ou qu’ils soient tombés dans l’oubli, nombre d’entre eux ont en tout cas poursuivi l’enseignement de leur maître en ouvrant leur propre atelier. Parmi les 165 œuvres exposées, les clichés surannés des élèves en blouse de travail, maniant l’argile pour en révéler un buste ou un visage – « accoucher de leur âme » comme écrivait Socrate – confèrent, sans exception, l’envie d’en être.

Discover the daily life of beloved French sculptor and teacher Antoine Bourdelle in his Montmartre art studio. Did you know that Giacometti was his student ?

L'expo en photos :

  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

Qui est-ce qui réunit Rodin et Giacometti ? Il s’agit d’Antoine Bourdelle, élève de l’un et maître de l’autre, c’est toute une histoire de la sculpture qui s’expose en son musée à Paris. Ici, au travers de plus de 150 œuvres, nous allons explorer le processus de création des plus grands sculpteurs, ceux qui ont su faire surgir de blocs de marbre les visages des illustres, ceux qui ont façonné avec leurs mains les silhouettes les plus iconiques du XXème siècle. Antoine Bourdelle est le pilier central de cette grande Histoire de la sculpture, la pierre angulaire de la transmission du génie. Transmission sans forcément de filiation, car c’est aussi là le sujet de l’exposition, qui dit maître et élève ne dit pas forcément ressemblance… Fidélité ou rejet, inspiration et émancipation, transmission ou transgression, leurs trajectoires ne se ressemblent pas…  Bourdelle aimait d’ailleurs rappeler : « Je ne suis pas un maître d’école, un professeur, mais un artiste qui travaille avec vous». Antoine Bourdelle est un mentor pour nombre d’artistes. Sa personnalité charismatique et bienveillante fera venir à lui pendant 40 ans près de 500 élèves, venus du bout du monde pour recueillir son enseignement, Russes, Américains, Chinois, Portugais, Brésiliens, Japonais, Suédois, Tchèques... Pour autant, tout le génie de l’artiste, avant tout sculpteur, c’est d’enseigner sans imposer, preuve en est ici en observant la richesse des créations et des styles de ses élèves, entre Le Griffu de Germaine Richier ou les silhouettes écorchées d’Alberto Giacometti…

Un panorama exemplaire de la formation et de la transmission, en passant par la transgression, à travers l'univers d'un de nos plus grands sculpteurs.


Expo précédente

Expo suivante


The Hague