BRUXELLES // Beyond Klimt, new horizons in central Europe, 1914-1938

Du 21 septembre 2018 au 20 janvier 2019 -
Bozar, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles //

  • Gustav Klimt, Johanna Staude, 1917-1918
  • Maximilian Oppenheimer Klingler-Quartet, 1917
  • Anton Hanak, Der letzte Mensch (Ecce Homo), 1917–1924
  • Oskar Kokoschka, Der Prager Hafen, 1936
  • Erika Giovanna Klien, Composition with String instruments, 1923–1924
  • Oskar Kokoschka, Romana Kokoschka, the artist’s mother, 1917
  • Emil Filla, Still Life Bols, 1914
  • Sándor Bortnyik, Green Donkey, 1924
  • Jenő Barcsay, Red Youths (workers), 1928
  • Robert Angerhofer, Dead soldier in Barbed wire, 1920
  • John Heartfield, Voice of the Swamp, 1936
  • Marie-Louise von Motesiczky, Selfportrait with comb, 1926
  • Béla Kádár, Cityscape with Bridges, 1921
  • Lajos Kassák, Fortieth Anniversary, 1927
  • Oskar Kokoschka, The Power of Music, 1918-19
  • František Kupka, Drinking Steel, 1927
  • František Kupka, Study for Around a Point, 1911-1930
  • László Moholy-Nagy, Electric Stage Lightning, 1922-1930
  • Lajos Tihanyi, Composition in Blue and Yellow, 1934
  • Egon Schiele, Squatting Men (Double Self-Portrait), 1918
  • József Rippl-Rónai , Place de l’Observatoire, 1914
  • Herbert Ploberger, Window Shopping, 1928
  • Wolfgang Paalen, Paysage totémique, 1938
  • László Moholy-Nagy, Electric Stage Lightning, 1922-1930
  • Lajos Tihanyi, Portrait of Magdolna Leopold, 1914
  • Toyen, Abandoned Cave, 1937
  • Rudolf Wacker, Still life with Holly, 1933
  • Rudolf Wacker, Cracked doll’s head, 1937
  • Otto Neurath, Mächte der Erde
  • István Farkas, Coffeehouse Scene, 1922

 

Si cette exposition parle de renaissance, ce n’est pas de l’Italie dont il s’agit ici mais bien de l’Europe centrale. Après la Première Guerre mondiale, cette partie du continent est en pleine mutation politique, sociale mais aussi artistique : les peintres, ainsi que les nouvelles écoles de pensées, migrent, se mélangent et s’influencent. « L’art à l’international » développe de nouveaux réseaux et les moyens de communication modernes effacent les frontières physiques. Qu’ils s’appellent Gustav Klimt, Josef Čapek ou László Moholy-Nagy ; qu’ils viennent d’Autriche, d’Allemagne ou de Hongrie, leur identité artistique prime désormais sur leur nationalité géographique. C’est à travers les oeuvres des 75 artistes exposés que l’on découvre ainsi le nouveau visage de cette partie de l’Europe que l’on oublie parfois. Une Europe qui se détermine de 1914 à 1938, et cela plus que jamais, par un art naissant, symbole de nouveaux horizons.

Artists will always fight the system and what better way to fight back than creating subversive works of art ?

L'expo en photos :

  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles
  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles
  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles
  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles
  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles
  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles
  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles
  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles
  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles
  • Vue de l'exposition Beyond Klimt, Bozar Bruxelles

 

C’est une très belle exposition que nous propose cette saison le Palais des Beaux-arts de Bruxelles, une exposition qui nous invite à porter un nouveau regard artistique sur l’Europe, comme nous y a superbement habitué Bozar. Nous sommes ici au lendemain de la Première guerre mondiale, une guerre qui laissera des traces historiques et humaines, mais artistiques aussi. L’empire austro-hongrois est déchu. L’Europe des douze nations émerge. Nous sommes dans une période de bouleversement, de mutation politique, sociale mais aussi artistique. L’art s’internationalise, les influences européennes franchissent les frontières. Autriche, Allemagne, Hongrie, qu’importe, l’identité artistique prime désormais sur la nationalité.

Un nouveau visage pour l’Europe se présente ici au travers des œuvres de 75 artistes, des artistes marqués par la paupérisation, la mort et les désastres de la guerre, parmi lesquels Klimt et Schiele qui nous quitteront en 1918, mais aussi Kokoschka, Moser ou Kupka. Des artistes qui dessinent une Europe nouvelle, jusqu’à la veille de l’éclatement de la Seconde guerre mondiale. Place ici aux figures de proue de la Sécession viennoise, avec leur style art nouveau typique annonçant les grands jours de la Belle Époque à Vienne. Mais l’exposition va plus loin. Que va-t-il advenir du monde après eux ? Comment ont-ils influencé les artistes de la génération suivante ? Un foisonnement d’idées et d’audaces artistiques qui donnera naissance à des mouvements d’envergure internationale tels que le surréalisme, l’expressionnisme, le néoréalisme ou encore le constructivisme. Quand l’art réunit les peuples et construit une nouvelle Europe, c’est le sujet magnifique de cette exposition d’envergure. Une exposition qui fait tomber les frontières, jusque dans les œuvres elles-mêmes, nous permettant pour la première fois l’expérience grandiose de pénétrer au cœur des œuvres de Gustav Klimt grâce à un dispositif inédit en réalité virtuelle. Allez, on s’y plonge !

Bozar, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles,
Du 21 septembre 2018 au 20 janvier 2019
Tarif : 16 € - Tarif réduit : 14 € 


Expo précédente