2 surprise

Clemenceau, le courage de la République

Du 1er novembre au 10 février 2019 -
Panthéon //

Cent ans après l’arrivée au pouvoir du futur « Père de la Victoire » marquant la fin de la Première Guerre mondiale, le président de la République a fait de l’année 2018, l’Année Clemenceau. Chose dite, chose faite, c’est le Panthéon – qui a pour vocation d’honorer les grands noms de l’Histoire de France – qui accueille cet hommage à celui qui ne renonça pas. Plus que la défense de sa patrie, c’est pour la préservation d’un idéal que le Tigre se battait. Car malgré le caractère sombre qui lui donna ce surnom, l’image que l’on en garde à présent, ou que l’on découvre dans cette exposition, est celle d’un chef de guerre dévoué à la grandeur et aux valeurs de son pays, trop bien pour perdre face à l’ennemi. C’est à travers 140 objets personnels, archives, photographies ou œuvres d’art que l’on appréhende ainsi la personnalité tranchée de Georges Clemenceau, ce « vendéen monté à Paris » qui finira fondateur de la Troisième République. Un accrochage chronologique donc, replace ce destin héroïque dans son contexte conflictuel mais qui parfois, se teinte de sensibilité : la section « Clemenceau et les arts » se fait par exemple, plus intimiste. On y distingue parmi les paysages régionaux, sa maison de Saint-Vincent-sur-Jard, souvenir d’une terre natale adorée où il repose désormais, loin de la nécropole du 5e arrondissement de Paris.



2 surprise