Vidéo - Il était une fois Sergio Leone à la Cinémathèque Française

La Cinémathèque française
Du 10 octobre 2018 au 27 janvier 2019

Jusqu'au 27 janvier 2019 -  
Cinémathèque française //

Sergio Leone, maître incontesté du western qui a su faire revivre la légende d’un genre donné pour mort dès le début des années 1960, cinéaste d'avant-garde populaire, deux termes qui avant lui ne pouvaient pas s’entendre… La Cinémathèque rend un hommage vibrant à l’œuvre magistrale de Sergio Leone, considéré comme la figure de proue du western spaghetti même si le réalisateur italien ne portait pas ce terme dans son cœur… 40 ans de carrière se jouent ici, tant à travers ses films, que leurs coulisses ainsi que la vie et la personnalité de l’artiste qui imprégnaient vivement ses œuvres cinématographiques. Sur fond sonore des bandes sonores signées Ennio Morricone, on redécouvre ces œuvres atemporelles.  Comment Sergio Leone at-il réussi à conquérir le monde avec ses cowboys considérés à l’époque comme totalement démodés ? Passion, authenticité et persévérance semblent apporter une part de la réponse. Sergio Leone était un immense adepte des westerns, se rendant juste pour le plaisir dans les petites salles désertes où ils se jouaient encore. Sergio Leone a toujours gardé le regard et la naïveté d’un enfant sur ce genre oublié, et cela d’autant plus qu’il a réellement grandi dans le milieu, son père n’étant autre que Roberto  Roberti – inventeur  du western italien des années 1910 – et sa mère actrice de ses films. Un passé que Sergio portera lourdement, signant son film Pour une poignée de dollars du nom de Bob Robertson, littéralement « le fils » de Roberti. Une enfance qui au-delà de la passion, lui transmettra aussi la rage de réussir et le désir de revanche, qui mêlés à un immense talent, mèneront à sa réussite internationale.

Leone ne parodie pas le western, il ne s'en moque pas, le prend au contraire terriblement au sérieux pour mieux le réinventer. Ses films sont sombres, habités par de vrais gangsters sans scrupules, par des enfants sans défense, scandés par des drames irréparables et de vieux comptes à régler, l’intrigue est réduite à sa plus simple forme, laissant place à des jeux d’acteurs remarquables, faisant l’éloge de la lenteur et du temps suspendu, répondant au lyrisme par la violence.  Des personnages égocentriques, courageux, déterminés. Et cette exposition décrypte remarquablement le style « Leone », au-delà de ses grands chefs-d’œuvre, lui qui puisait son inspiration chez les plus grands, Homère et Don Quichotte, les films d’Akira Kurosawa et les peintures de Chirico, Hooper, Degas et Goya, mises ici en regard des extraits de films, des photos, des scénarios, des maquettes de décors, des dessins et des costumes…Mention spéciale pour les photos montrant le vieillissement artificiel de De Niro pour Il était une fois en Amérique. Car oui, ces backstages mènent évidemment aux plus beaux films de l'histoire du cinéma: Le Bon, la brute et le truandIl était une fois dans l'OuestIl était une fois en Amérique et tant d’autres.

  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (1)
  • Le bon, la brute et le truand, Sergio Leone, 1966 © Théâtre du Temple
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (2)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (3)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (4)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (26)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (27)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (28)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (29)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (30)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (31)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (32)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (33)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (34)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (35)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (36)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (37)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (38)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (39)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (40)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (41)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (42)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (43)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (44)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (45)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (46)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (47)
  • Vue de l'exposition Sergio Leone à la Cinémathèque (25)
  • Robert De Niro et Tuesday Weld dans Il était une fois en Amérique de Sergio Leone, 1984
  • Sergio Leone et Claudia Cardinale sur le tournage d’Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone, 1968
  • Eli Wallach le tournage du Bon, la Brute et le Truandde Sergio Leone, 1966
  • Lee Van Cleef dans Le Bon, la Brute et le Truandde Sergio Leone, 1966
  • Clint Eastwood dans Le Bon, la Brute et le Truandde Sergio Leone, 1966
  • Master class de Sergio Leone à La Cinémathèque française le 6 mai 1986. Animée par Noël Simsolo.
  • Sergio Leone (à droite, à côté de Lamberto Maggiorani) interprétant un jeune prêtre dans Le Voleur de bicyclette (Vittorio de Sica, 1948)
  • Jennifer Connelly et Sergio Leone sur le tournage de Il était une fois en Amérique, 1984

 

> Plus d'expositions en vidéos


Vous aimerez aussi…

©Jean-Phillipe Delhomme Instagram
  • Actu
  • Dessin

Impensable ! Un artiste en résidence Instagram au Musée d'Orsay

Musée d'Orsay
Année 2020

Le dessinateur Jean-Philippe Delhomme publiera chaque lundi, à 17h, sur le compte Instagram du Musée d'Orsay, un dessin mettant en situation des artistes que le Musée expose.

Une cerise géante à Trafalgar Square
  • Actu
  • Sculpture

 Une cerise géante à Trafalgar Square !

Trafalgar Square - Londres
Jusqu'en mars 2022

Trafalgar Square va accueillir une cerise géante siégeant sur une montagne de crème fouettée, une mouche et un drone, en mars 2020.

picasso vandalisé
  • Actu
  • Découverte

Un Picasso de plus de 20 millions d’euros vandalisé !

C’est une véritable malédiction ! Un portrait réalisé par Picasso, d’une valeur estimée à 20 millions de livres (23,5 millions d’euros), aurait été dégradé, samedi 28 décembre, à la Tate Modern de Londres.

55-large

Mag 55 - Novembre 2019

Magazine Arts in the City n°55 - Novembre 2019    Au sommaire de ce numéro : En couverture : Toulouse-Lautrec et Montmartre Dossier spécial photographie Expositions :…