La Haye
La Haye

Yuri Kuper et ses natures pas mortes

Du 13 décembre 2018 au 7 mars 2019 -
Galerie Minsky //

  • ©Yuri Kuper
  • ©Yuri Kuper
  • ©Yuri Kuper
  • ©Yuri Kuper
  • ©Yuri Kuper
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

Si « tout est sommeil autour de nous », Yuri Kuper s’amuse lui, à tout éveiller. Le peintre originaire de Moscou devenu citoyen britannique en 1983 expose, au cours de sa longue vie d’artiste, des toiles à la fois étonnantes et mélancoliques, représentant des objets pouvant sembler anodins, presque endormis, des pinceaux qu’il utilise tous les jours aux fleurs qui, on pourrait imaginer, peuplent son atelier ou le rebord de sa fenêtre. Dans ces tons gris bleu indéniablement reliés au rêve, ces objets, sortes d’ex-voto du quotidien, se détachent à peine du fond, disparaissant presque dans cette brume picturale. En cela, le sujet s’humanise : on devine à travers lui un passé, la mémoire de ceux qui l’ont possédé et utilisé. En les élevant au niveau de « porteur d’information » émotionnelle, Yuri Kuper rend visible le lien ténu qui existe entre les hommes et leur environnement, sans pour autant chercher le dialogue. Il pose juste les choses là, pour qu’enfin, nous les regardions en face et que, a notre tour, nous nous réveillions.

The painter Yuri Kuper tracks down a link between us and objects, between the joys of seeing and traces of memory.


Vous aimerez aussi…

Sebastiao Salgado
  • Photo

Sebastião Salgado - Déclarations

Jusqu'au 30 juin 2019 - Musée de l'Homme // C’était il y a 70 ans : le 10 décembre 1948, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme fut signée au Palais de Chaillot. Quelles valeurs…

© Arts in the City
  • Gratuit
  • Contemporain

Monumental Minimal

Jusqu'au 23 mars 2019 - Galerie Thaddaeus Ropac - Pantin // L’art minimal américain s’est vu construire une identité propre grâce à certaines figures majeures de cette révolution artistique du XXe…

(c) Centre Pompidou
  • Contemporain

Cosmopolis

Du 23 octobre 2018 au 23 décembre 2019 - Centre Pompidou // Ce qu'en dit le musée : Cosmopolis est une plate-forme inédite d’exploration des pratiques artistiques enracinées dans la…

Dorothea Lange, Manzanar Relocation Center
  • Photo
  • Incontournable

Dorothea Lange - Politiques du visible

Du 16 octobre 2018 au 27 janvier 2019 - Jeu de Paume // Dorothea Lange est l’une des femmes photographes les plus célèbres du XXème siècle. Ses photographies ont pour sujet la pauvreté et les…


La Haye