Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

Théâtre - Le Banquet

PARIS - 
Jusqu'au 10 novembre 2018 -
Théâtre du Rond-Point //

CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE MATHILDA MAY

AVEC SÉBASTIEN ALMAR, ROXANE BRETBERNIE COLLINS, JÉRÉMIE COVILLAULT, LEE DELONG, STÉPHANIE DJOUDI-GUIRAUDON, ARNAUD MAILLARD, FRANÇOISE MIQUELIS, ARIANE MOURIER, TRISTAN ROBIN

MOURGNCHE TROUFI TRUKCHNI BOUAF !

Parterre mal foutu, touffes rebelles, talus d’un terrain accidenté où les invités se prennent les pieds dans le tapis de la vie.
Déjà, le sol n’est pas à la hauteur.
On boit, on se console.
Fête d’après la noce, le banquet rassemble les familles et les joies, les rancœurs et les ratages.
Chacun y va de son numéro comique, chansons et danses, tragédie du spectacle des humanités réunies.
Le père fait son discours et la mère son intéressante.
On boit, trop. Une dame grosse cherche son chien, dont la robe de la mariée se souviendra.
On pleure, on rit, on se tache beaucoup.
On saigne et on vomit, c’est la catastrophe joyeuse d’une communauté en fête qui crie, vocifère, pérore.
Personne ne se parle. On s’agite et se pavane, glisse, tombe et se relève.
C’est toute une vie en une soirée sans paroles.

Après l’énergie trépidante du bureau d’Open Space, en 2014, Mathilda May, auteure et metteuse en scène, invite à son Banquet dix comédiens performeurs d’un burlesque qui vire au pathétique.
Chorégraphie du désastre des êtres, obligés de passer une soirée ensemble à vivre des joies qui leur échappent.
Et tout dérape, jusqu’à la toile de la tente plantée sur un terrain pentu qui finit par écraser tout le monde.
Sans mots, avec sons, morceaux country de Dolly Parton, onomatopées chorales ou soliloques en borborygmes...
Actrice et danseuse, Mathilda May s’inspire de tous les arts qu’elle a pratiqués pour construire une fiesta du carnage humain.
L’agape tourne au cauchemar et l’ultime moyen de supporter la tragédie, c’est encore d’en rire.

Théâtre du Rond-Point
Jusqu'au 10 novembre 2018
2 av. Franklin Roosevelt, 75008


Expo précédente


Requiem pour les Barthélemy