Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

Passée au crible : Picasso. Chefs-d'oeuvre ! Comment devient-on un chef d'oeuvre ?

Du 4 septembre 2018 au 13 janvier 2019 -
Musée Picasso //

  • Picasso. Chef d'oeuvres !
  • Picasso. Chef d'oeuvres !
  • Picasso. Chef d'oeuvres !
  • Picasso. Chef d'oeuvres !
  • Picasso. Chef d'oeuvres !
  • Picasso. Chef d'oeuvres !
  • Picasso. Chef d'oeuvres !

 

Vous le savez, les expositions mettant en lumière les œuvres de Pablo Picasso abondent. Comment alors retrouver un regard neuf sur celui que l’on a tant l’habitude de voir ? Serait-ce un pléonasme que d’associer le nom de Picasso et l’expression « chefs-d’œuvre », comme l’ose le Musée Picasso ? Ne vous fiez pas à ce titre pour le moins racoleur, puisqu’il est ici moins question d’œuvres mondialement connues et reconnues comme Guernica et Les demoiselles d’Avignon, que de mécanismes à l’œuvre derrière ces appellations unanimes… C’est bien là toute la subtilité de cet accrochage : nous faire découvrir, à travers les critiques d’art et le regard du public et de ses proches, comment un tableau devient une pièce de maître (traduction littérale du mot « chef-d’œuvre » en anglais). Saviez-vous d’ailleurs que Picasso a illustré un livre d’Honoré de Balzac, ironiquement intitulé Le chef-d’œuvre inconnu ? Quinze salles à la thématique bien précise vous font voyager de façon chronologique dans l’univers du maître, tout en disséquant certains motifs, thèmes et œuvres clés. Impossible de faire un choix et de sélectionner nos salles préférées, car celles-ci sont toutes aussi passionnantes les unes que les autres. Vous retrouverez bien sûr des thématiques pour le moins familières, telles que Les demoiselles d’Avignon, les arlequins, Les baigneuses (trois sont rassemblées en France pour la première fois), Les femmes à leur toilette (présenté pour la première fois depuis sa restauration en 2018), les sculptures, etc. Ce qui nous touche peut-être le plus, c’est la découverte de nombreux chefs-d’œuvre méconnus, comme le tableau Science et Charité que Picasso a peint à seize ans (en 1897), et qui témoignent déjà d’une fantastique maîtrise de son art. Le dernier espace qui met en lien Picasso et Rembrandt est quant à lui particulièrement fascinant et intrigant. On ne sait pas forcément que Picasso admirait le peintre hollandais du XVIe siècle, et qu’il lui a rendu hommage dans des estampes et dans des œuvres vers la fin de sa vie. Que vous soyez féru d’art ou simple visiteur curieux, vous trouverez ici de quoi faire votre bonheur. Et vous, quel est votre Picasso préféré ?


Vous aimerez aussi…

Lequeu, Il est libre
  • Classique
  • Découverte

Passée au crible : Jean-Jacques Lequeu, bâtisseur de fantasmes

Du 11 décembre 2018 au 17 mars 2019 - Petit Palais // En voilà une exposition qui secoue le Petit Palais et qui, sans tergiverser, nous ravit. Qui aurait cru que des œuvres aussi explicites et…

© Arts in the City
  • Classique
  • Incontournable

Passée au crible : Alphonse Mucha, aussi parisien que praguois

Du 12 septembre 2018 au 27 janvier 2019 -  Musée du Luxembourg // On l’avoue sans rougir, l’exposition sur la figure emblématique de l’Art nouveau, Alphonse Mucha (1860-1939), au Musée du…

© Arts in the City
  • Classique
  • Incontournable

Passée au crible : Collections privées, privilège partagé

Du 13 septembre 2018 au 10 février 2019 - Musée Marmottan Monet // Quand on voit des chefs-d’œuvre de grands maîtres de l’Histoire de l’art partir à des prix mirobolants lors des ventes aux…

© Arts in the City
  • Contemporain
  • Incontournable

Passée au crible : Egon Schiele, un peu chaste

Du 3 octobre 2018 au 14 janvier 2019 - Fondation Louis Vuitton //  Si on nous l’annonçait comme le couple de l’année, ne cherchez pas dans l’exposition de la Fondation Louis Vuitton un quelconque…


Requiem pour les Barthélemy