Offre découverte
Offre découverte

Bordalo II, La Terre est notre maison

Du 26 janvier au 2 mars 2019 -
Galerie Mathgoth //

  • (c) Bordalo II
  • (c) Raymesh Cintron
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II
  • (c) Bordalo II

 

Bordalo II s’expose enfin à Paris ! Ce street artiste portugais nous avait déjà fait découvrir son art près de la Bibliothèque nationale de France, avec un castor géant, mi-trompe-l’œil, mi-sculpture, fait d’objets recyclés. L’artiste n’avait pas choisi cet animal totem par hasard : une rivière nommée la Bièvre (« castor » en gaulois) coulait auparavant entre le 5ème et le 13ème arrondissement de Paris. C’est dans un espace de 700 mètres carré qu'Artur Bordalo, de son vrai nom, va maintenant nous régaler d’une trentaine de ses « trash animals », ses installations d’animaux menacés d’extinction. Pourquoi utiliser le terme anglais « trash », qui peut sembler péjoratif puisqu’il signifie à la fois « ordures », « camelote » et « racaille » ? À première vue, ces créatures hybrides et dénaturées sont loin des nobles représentations des espèces en voie de disparition, pandas ou chimpanzés en tête. Pourtant, les sculptures animalières de Bordalo II sont bien plus puissantes et évocatrices que de simples reproductions d’espèces animales en danger. Non content de dénoncer la surconsommation qui fait rage dans nos sociétés, c’est aussi l’activité humaine qui est mise en cause : forcés à quitter leur milieu naturel envahi par l’homme, de nombreux animaux s’aventurent vers les villes pour chercher de la nourriture. On pense aux renards et aux ours notamment, qui se risquent à fouiller dans nos poubelles pour survivre. Le bestiaire animalier mutant d’Artur Bordalo nous rappelle alors à nos devoirs d’êtres humains responsables : c’est en produisant moins de déchets, en étant plus inventif et en respectant notre environnement qu’on peut agir pour notre planète, sa faune et sa flore. Cet artiste engagé, n’a en effet pas peur de fouiller dans nos poubelles et dans les déchetteries pour dénicher des déchets plastiques en tout genre, illumine de son art malin, coloré et vertueux les lieux qu’il visite, de Lisbonne à Las Vegas. Bravo Bordalo « Segundo » !

Do not miss street artist Bordalo II’s Parisian exhibit. Thirty of his “trash animals”, sculptures made of recycled objects, will be on display.



Offre découverte