Paris-Londres Music Migrations

Musée de l’histoire de l’immigration
Jusqu'au 5 janvier 2020

  • Affiche du concert Rock contre le racisme et police privées, courtesy Collection François Guillemot
  • affiche Rock against Police (c) DR
  • affiche Rock against the racism (c) DR
  • Amadou Gaye, Marche pour l’Egalité et contre le Racisme (c) palais de la POrte Dorée
  • GB. ENGLAND. London. Notting Hill Carnival. 1975.
  • Electric Ballroom
  • Gerald Bloncourt, Manifestation à Paris Les travailleurs immigrés ne doivent pas faire les frais de la crise
  • Hervé Di Rosa, Paris
  • Ian Berry, Underground nightclub principally for blacks in Cable Street, East London
  • Les Vautours
  • Manu Dibango en studio
  • Marie Hallowi, modèle de couverture de Drum à Trafalgar square
  • misty in Roots 1979
  • Paul Simonon
  • Pierre Boulat, Spectacle de danse dans un café arabe à Gennevilliers
  • Reportage pour le centre d’éducation civique des Africaines à Paris, Etudiant et sa femme devant le Panthéon, 1966
  • The Clash à Mogador, 1981 Photo Pierre Terrasson

 

MUSIC MIGRATIONS (1962 - 1989)

Quand la musique participe à la construction de villes métisses, cela donne des rythmes variés, aux sonorités mondiales. Un style sans frontières né au début des années 60, lié aux multiples flux migratoires qui ont transformé Paris et Londres en capitale cosmopolite. Le parcours montre comment plusieurs générations d’immigration dans ces deux anciennes puissances coloniales se sont emparées de la musique pour faire entendre leurs droits à l’égalité, et surtout revendiquer leur place dans l’espace public, et contribue aux transformations de ces deux villes. Véritable expérience musicale et visuelle, le musée de la Porte Dorée nous plonge à corps perdu dans l’ambiance de l’époque à travers plus de 600 documents et œuvres d’arts liés à la musique : instruments, costumes, photos, affiches de concerts, vidéos, pochettes de disques, fanzines… Une déambulation complètement folle sur le son d’une playlist aux genres multiples : reggae-punk, le makossa de Manu Dibango, le raï vintage de Cheikha Rimitti ou encore du ska, du R&B, du mandingue, le blue beat, etc. De quoi réjouir vos oreilles et vous faire remuer discrètement les doigts de pied. L’histoire de Paris et Londres s’est jouée en parallèle, tout en étant ponctuée par les indépendances de l’Algérie et des Caraïbes, notamment de la Jamaïque et Trinidad à la fin des années 1980. Les villes ont accueilli d’importants flux migratoires en corrélation avec leur demande croissante de main-d’œuvre, et ont dès lors ouvert leurs portes à la musique ! Une ambiance festive sur des rythmes endiablés, qui n’en font pas oublier pour autant les enjeux sociaux et politiques mis en jeu. Un chemin de trente années de son global absolument riche et brûlante d’actualité.

When music participates in the construction of the salad-bowl in many differents cultures in Paris and London, it gives different rhythms, to world sounds.


Expo suivante