Fiesta Gráfica

La Maison de l'Amérique latine
Du 15 février au 7 mai 2019

Jusqu'au 7 mai 2019 -
La Maison de l’Amérique latine //

  • ALEJANDRO MAGALLANES - La Maison de l'Amérique latin, Fiesta Grafica
  • Atolón De Mororoa, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • BEBEL ABREU, Maison de l'Amérique latin, Fiesta Grafica
  • Benito Cabañas, Maison de l'Amérique latin, Fiesta Grafica
  • Celesto Prieto, Maison de l'Amérique latin, Fiesta Grafica
  • DOCTOR ALDERETE, Maison de l'Amérique latin, Fiesta Grafica
  • FANTASMA DE HEREDIA, Maison de l'Amérique latin, Fiesta Grafica
  • videos del arte cartel, German Montalvo, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • GISELLE MONZON, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • IDANIA DEL RIO, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • Kiko Farkas, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • MARTA GRANADOS, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • MONO GRINBAUM, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • Natalia iguiniz boggio, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • ONAIRE, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • Pablo Iturralde, Arkabuz entre amigos - Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • RICO LINS, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica
  • THEO CONTESTIN, Maison de l'Amérique latine, Fiesta Grafica

 

L’ENGAGEMENT À TRAVERS L’ART

Féru de voyages, guidé par la soif des rencontres, Michel Bouvet a parcouru l’Amérique latine, à la rencontre de ses graphistes, avec qui il a tissé des liens d’amitié très forts. La Maison de l’Amérique latine entame donc sa saison avec audace, en rassemblant les œuvres de vingt-six graphistes latino-américains – dont onze travaillent au sein d’ateliers collectifs, que Michel Bouvet a invités en France, en regard de sa propre œuvre graphique et photographique liée à l’Amérique latine. L’affiche du bicentenaire de la Révolution française, le graphisme des rencontres d’Arles ou encore le logotype de La Fête de la Musique c’est lui. Lors de ses voyages au Chili, au Mexique, au Paraguay ou encore en Argentine pour des expositions et biennales internationales, Michel Bouvet a été séduit par la radicalité des artistes de ces pays. Adeptes du graphic storming, les graphistes latino-américains mettent leur talent et leur métier au service de la société en s’intéressant aux sujets les plus brûlants – la lutte pour la liberté, le droit des femmes, la question indigène, la situation des enfants, la protection de l’environnement, etc. Véritable instrument d’engagement, leurs affiches deviennent politiques et poétiques. « Une bonne œuvre graphique est synonyme de développement, de dignité humaine » disait Martha Granados. La vivacité de cette création est telle qu’elle permet de croiser les références historiques, visuelles et sociales de ces pays. L’art populaire de la fresque n’est pas une nouveauté en Amérique latine. Le graffiti existait bien avant la culture hip-hop, qui l’a beaucoup utilisé, et ses racines sont profondes. En effet, les graffiteurs d’aujourd’hui poursuivent une tradition déjà bien ancrée dans la région, du Mexique au Brésil. La peinture murale a accompagné la révolution mexicaine de 1910 à 1917, et raconte l’histoire du pays. Ses racines sont profondes et gardent la trace de ses anciennes civilisations mayas pour le Mexique, ou incas en Amérique du Sud. Un parcours vivant et engagé vous attend, et l’on ne peut que s’en réjouir !

 

Travel lover Michel Bouvet traveled across Latin America and met talented graphic designers with whom he became friend.