Rodez - Yves Klein, des cris bleus...

Musée Soulages Rodez
Jusqu'au 3 novembre 2019

Décidemment, le Musée Soulages de Rodez n’en finira pas de nous éblouir avec ses expositions-stars, qui le placent définitivement parmi les plus grands musées de France. Et pour cause, le maître de l’Outrenoir – Pierre Soulages – accueille en sa demeure le créateur du bleu outremer – Yves Klein. Plus de 500 m2, soit l’un des plus grands espaces d’exposition d’Occitanie, pour une rétrospective majeure d’une soixantaine d’œuvres exceptionnelles, venues du monde entier, dont beaucoup n’avaient jamais été vues, car appartenant à des collections privées. On arrive ici face à un spectaculaire bassin rectangulaire monochrome, une plongée hypnotique dans l’univers bleu d’Yves Klein. Mais, surprise, nous ne verrons pas que du bleu ici, car avant d’être Monsieur Bleu, Yves Klein était surtout Monsieur Monochrome. Sa devise : "Pour la Couleur ! Contre la ligne et le dessin !" Dans les années 50, on le surnomme  « Yves le monochrome », orange, vert, rose, jaune, or aussi. On découvrira d’ailleurs que notre artiste était un véritable orfèvre avec ses monochromes à la feuille d’or, les fameux Monogolds. Ses tableaux choquent et dérangent, ils sont vides, sans motif, ou plutôt pleins, d’une couleur pure, simple, unique. Puis il s’extrêmisera encore, créant « sa » propre couleur, le bleu IKB, breveté, aujourd’hui mondialement célèbre. Son obsession : créer une peinture d’un bleu électrique semblable au pigment brut, qui deviendra sa signature. Ici on pourra admirer ses célèbres sculptures éponges, qui ressemblent tantôt à des coraux, tantôt à des fragments de météorites, superbes.

Plus qu’une couleur, son bleu est une manière de peindre, un état d’esprit. Yves Klein décidera de troquer ses pinceaux - trop psychologiques -, pour peindre avec le rouleau - plus anonyme - : une peinture uniforme, sans défaut, sans émotion. Mais il lui faudra aller encore plus loin, radicaliser encore sa démarche artistique, jusqu’à troquer son rouleau pour des corps nus, dans ses fameuses Anthropométries qu’on peut exceptionnellement voir ici. Des femmes qui deviennent des pinceaux vivants, et laissent sur la toile une empreinte de couleur presque calligraphique. Sans le savoir, Yves Klein est devenu le pionnier de la performance et du happening.

Malgré sa carrière artistique fulgurante, raflé par une mort prématurée à l’âge de 34 ans, Yves Klein réussira en 8 ans à peine - 1954 à 1962 – à laisser une empreinte (bleue) indélébile dans l’Histoire de l’Art.

  • Yves Klein, Relief Eponge bleu sans titre, 1960
  • Portrait d’Yves Klein réalisé à l’occasion du tournage de Peter Morley The Heartbeat of France
  • Yves Klein, Monogold sans titre, 1959
  • Yves Klein, Monochrome bleu sans titre, 1961
  • Yves Klein, Héléna, 1960
  • Yves Klein, Relief Planétaire bleu sans titre, 1961
  • Yves Klein, Cosmogonie sans titre, 1961

 

Si l’art monochrome de Pierre Soulages se caractérise par le noir, celui d’Yves Klein s’identifie quant à lui par le bleu. Cette couleur, communément appelée le bleu outremer ou bleu IKB (International Blue Klein), a marqué l’histoire de l’art, à l’image de son créateur, l’une des figures majeures de l’Art moderne. La mort prématurée de ce dernier en 1962 ne l’a pas empêché de nous laisser une production artistique considérable de plus de 1500 peintures dont des monochromes, des reliefs éponges, des globes terrestres ou des peintures de feu, qui sont d’incroyables toiles innovantes résultant de l’utilisation de flammes de gaz très puissantes allant de trois à quatre mètres de hauteur au lieu des traditionnels pinceaux. Cette surprenante rétrospective nous présente une cinquantaine de pièces représentatives de toute son œuvre, dont certaines n’ont pas été présentées au public depuis 25 ans. Complété par des films, des photographies et différents documents relatant les travaux de l’inventeur, l’accrochage est une véritable déclaration d’amour pour la couleur pure. Et quel meilleur endroit que le Musée Soulages, pour accueillir cet hymne au monochrome ?


Vous aimerez aussi…

A villeneuve-lez-avignon, le fort saint andre se dresse sur la hauteur de la ville commeun défi au palais des papes situé sur l'autre rive du Rhône.  Lieu de visite incontournable, le fort offre une vue à 360°.
  • Contemporain

Villeneuve-lez-Avignon - Pauline Bazignan : De mémoire

Fort Saint-André
Jusqu'au 22 septembre 2019

Tout au long de l’été, le Centre des monuments nationaux vous invite à découvrir l’exposition « De mémoire » par l’artiste Pauline Bazignan au Fort Saint-André.

© Photo RMN Grand Palais  / Gérard Blot © ADAGP, Paris, 2019
  • Contemporain

Biot - Fernand Léger et ses Ami.e.s

Musée Fernand Léger
Jusqu'au 23 septembre 2019

Cette exposition est le dernier volet d’une série de trois consacrée à Fernand Léger et ses amis.

Élément de décoration d’une fontaine ; Pompéi ; Ier siècle ap. J.-C. ; marbre ; 13 x 11 x 16 cm
  • Classique
  • Incontournable

Nîmes - Pompéi récit oublié

Musée de la Romanité
Jusqu'au 6 octobre 2019

Le 24 août 79 après J.-C., le Vésuve entre en éruption et détruit quelques heures plus tard la ville de Pompéi.

PAR 496-3
  • Photo

Toulon - Raymond Depardon

Musée de la Marine
Jusqu'au 30 décembre 2019

Les photographies de Raymond Depardon sont comme autant de témoignages des époques qu’il a traversées et des personnes qu’il a rencontrées.