Kiki Smith

Monnaie de Paris - 11 Conti
Du 18 octobre 2019 au 9 février 2020

UNE AMÉRICAINE EN FRANCE

  • Monnaie de Paris - Exposition Kiki Smith (2)
  • Woman with Dog, 2003
  • Woman with Dog, 2003
  • Monnaie de Paris - Exposition Kiki Smith (5)
  • Monnaie de Paris - Exposition Kiki Smith (6)
  • Monnaie de Paris - Exposition Kiki Smith (7)
  • Monnaie de Paris - Exposition Kiki Smith (8)
  • Monnaie de Paris - Exposition Kiki Smith (9)
  • Monnaie de Paris - Exposition Kiki Smith (10)
  • Assembly II, 2008
  • Women with Sheep (Three Women, Three Sheep), 2009
  • Lying with the Wolf, 2001
  • Pyre Woman Kneeling, 2002
  • Rapture, 2001
  • Billie, 1999
  • Melancholia, 1999
  • Virgin Mary, 1992
  • Untitled, 1995
  • Mary Magdalene, 1994
  • Untitled III (Upside-Down Body with Beads), 1993

 

C’est une première en France, l’artiste américaine contemporaine Kiki Smith pose ses valises dans une institution artistique de premier plan. Une rencontre inédite qui abrite près d’une centaine d’œuvres réalisées des années 1990 à nos jours, dispersées des cours historiques de la Monnaie de Paris à ses salons luxueux des quais de Seine, sur près de 1000m². Mais au fait, qu’allons-nous retrouver ? Le corps dans tous ses états et toutes ses représentations, surtout celui de la femme. Chez Kiki Smith, la figure féminine est en osmose avec le monde animal et végétal, formant un tout indissociable. Tour à tour fée ou sorcière, cette mère-nature symbolise la richesse et la puissance de l’univers. Rien de trop pour incarner une telle icône, l’artiste façonne ses personnages en sculptant la cire, en fondant le bronze, moulant le verre ou froissant le papier. Peu importe le matériau, ce qui prime c’est sa fascination pour le corps humain. Un corps qu’elle sculpte, tisse ou dessine dans la matière brute, n’en laissant apparaître que l’intériorité torturée ou magnifiée. Ses modèles évoquent aussi bien les héroïnes des contes de Grimm ou de Perrault, les stars de la culture populaire, les madones de l’art médiéval ou les figures mythologiques. A vous de tenter de décrypter leur message.

Le saviez-vous? Enfant Kiki Smith aidait son père – Tony Smith–, architecte de renom et sculpteur minimaliste, à assembler des papiers découpés de ses maquettes. Une madeleine de Proust que l’on retrouve avec délice dans ses œuvres, nous invitant à retourner en enfance nous aussi.

Kiki Smith is temporarily a Parisian. Come to discover a multi-talented artist, fascinated by women’s body and nature.


Vous aimerez aussi…

Honoré de Balzac, le plus fécond de nos romanciers, soutenu et couronné par des femmes qui avaient 30 ans il y a dix ans. D'après Grandville. Photographie anonyme. Reproduction photomécanique. Paris, Maison de Balzac.
  • Classique
  • Dessin

Balzac et Grandville- Une fantaisie mordante

Maison de Balzac
Du 26 septembre 2019 au 13 janvier 2020

Honoré de Balzac et Jean-Jacques Grandville : la rencontre entre un écrivain à la plume acérée et un dessinateur au trait piquant ! À voir de toute urgence à la Maison de Balzac !

© Suliman Sallehi-pexels
  • En famille

Dans la peau d’un espion

Cité des Sciences et de l'Industrie
Du 15 octobre 2019 au 10 août 2020

Avis aux passionnés d’espionnage, vous allez enfin pouvoir découvrir la face cachée des Renseignements dans cette exposition dont vous êtes le héros. Une menace pèse sur la sécurité nationale : un essai nucléaire de faible intensité aurait été déclenché à l'étranger !

Vue du parcours ©Jean-François Badias (1)
  • En famille

Nés quelque part – L’exposition-spectacle éco-responsable

Cité de l'Economie
Du 26 septembre au 24 novembre 2019

Que ferais-tu à ma place ? C’est la question posée par cette exposition-spectacle d’un genre nouveau qui vous glisse dans la peau de personnages nés à l’autre bout du monde, d’une favela de Medellin à une rizière au Cambodge, d’un village du Cameroun à une campagne marocaine.

01. Yan Pei Ming_Un enterrement à Shanghai
  • Contemporain

Yan Pei-Ming - Un enterrement à … Shanghai

Musée d'Orsay
Du 1er octobre 2019 au 12 janvier 2020

« Un enterrement à Shanghai », ce titre d’œuvre nous semble étrangement familier… Peut-être nous évoque-t-il simplement le célèbre tableau de Courbet, Un enterrement à Ornans (1849-1850) ?