Exposition You au MAM
Exposition You au MAM

Photo Saint Germain 2019 - Une balade photographique libre et gratuite

Le principe de cette foire ? Faire de la rive gauche un immense musée photographique à ciel ouvert. Sortez les mains dans les poches, sans sac ni porte-monnaie – car tout est gratuit –, et laissez-vous guider par les émotions de votre regard. Suivez-nous, on vous guide !

Miguel Rothschild
Le Spectre

© Miguel Rothschild

Miguel Rothschild est un photographe singulier. Oubliez les gants blancs dans une chambre noire aseptisée, Miguel préfère brûler, trouer, malmener ses clichés, jusqu’à en faire des œuvres composites, des tableaux contemporains organiques et vivants. Le papier, criblé de trous, s’étend vers l’extérieur et offre une autre perception.

 

Qu’adviendra-t-il de notre monde quand nous l’aurons intégralement consumé ? L’artiste distille ici un sentiment confus de mystère et de menace. Son spectre menaçant se développe irrésistiblement, un nuage de fumée qui absorbe et efface toute trace de vie sur son passage. Il grossit de manière frénétique, comme les photographies qui l’accueillent. Indomptable. Incontrôlable. Ses images nous ramènent à la fragilité de nos existences, comme à celle de notre planète. Un parcours spirituelle et poétique, qui réveille l’esprit chamanique des forêts et nous fait toucher du doigt l’urgence brûlante d’agir.

LA MAISON DE L’AMÉRIQUE LATINE
Du 6 au 23 novembre 2019

217 bd Saint Germain, 75007 - M° Front-Populaire (12)
Du lun. au ven. de 10h à 20h et le sam. de 14h à 18h – Entrée libre
En savoir plus ¤ ici ¤

Costanza Gastaldi
Loto Nero

Vous pénétrez ici en pleine terre du milieu, un monde imaginaire digne des plus folles imaginations de Tolkien. Trente clichés en noir et blanc, dans des dimensions impressionnantes, l’immersion est totale. Rien de fantastique pourtant, vous êtes propulsé dans les montagnes de Huangshan, au cœur des provinces de l’Est de la Chine.

 

Avec sa série du Lotus Noir – Loto Nero – Costanza Gastaldi nous plonge dans ses errances photographiques, une recherche existentielle et introspective face à l’énigme de la mort et au sentiment de mélancolie qu’elle suscite. Des thèmes universels qui attirent irrésistiblement le spectateur, fasciné par ces mondes presque surréels, se rapprochant tantôt de la gravure, tantôt de la peinture, si loin de l’imagerie populaire du cliché documentaire. Et pourtant. Une invitation à s’interroger sur le potentiel infini du médium photographique.

Galerie Catherine & André Hug
Du 6 au 23 novembre 2019
40 rue de Seine, 75006 – M° Mabillon (10)
Du mar. au sam. de 11h à 13h et de 14h30 à 19h – Entrée libre
En savoir plus ¤ ici ¤

Vilmos Zsigmond
L’œil du cinéma

Vilmos Zsigmond, Betty sur l’escalier dans les collines de Bükk, Hongrie © Vilmos Zsigmond

Il est l’un des grands noms du cinéma, lauréat d’un Oscar, Vilmos Zsigmond a travaillé pour des films tels que Voyage au bout de l’enfer, Rencontres du troisième type ou Le Dahlia noir. Dans ses photographies, comme dans son métier de chef opérateur, sa marque de fabrique était l’utilisation inventive de l’éclairage, la maîtrise artistique de la lumière, un sens de la composition singulier et précis.

 

Cette exposition nous présente un panorama de la production photographique de l’artiste, des années 1950 à nos jours, révélant des images tantôt réalistes, minutieuses ou grandioses, toujours poétiques.

Institut hongrois
Du 6 au 23 novembre 2019
92 rue Bonaparte, 75006 – M° Rennes (12)
Du mar. au sam. de 9h à 19h – Entrée libre
En savoir plus ¤ ici ¤

Beaux-Arts photographiques
D’hier et d’aujourd’hui

 

La prestigieuse école des Beaux-Arts de Paris n’est pas peu fière de vous inviter dans son nouveau laboratoire photographique. Un espace de près de 300 m², un matériel numérique de pointe qui côtoie le traditionnel argentique, place est faite à la photographie d’art.

 

Et pour cause, les élèves – en cours de scolarité et diplômés – feront dialoguer leurs œuvres avec les trésors historiques des collections de l’école. Une rencontre des styles qui croise les temporalités, les techniques et les regards dans un face-à-face extraordinaire.

BEAUX-ARTS DE PARIS
Du 6 au 17 novembre 2019
14 rue Bonaparte, 75006 - M° Saint-Germain-des-Prés (4)
Le lun. et le ven. de 13h à 19h - Entrée libre
En savoir plus ¤ ici ¤

Michele Nastasi et Stefano Cerio
Constructions instables

Stefano Cerio, Aquila © Stefano Cerio

Michele Nastasi et Stefano Cerio nous conduisent sur les ruines de l’Aquila, dix ans après le terrible tremblement de terre qui ravagea la ville. Les deux photographes portent leur regard décalé sur ce monde en suspens, entre un passé qui n’est plus que souvenir et un rêve de reconstruction qui n’est pas encore. Le temps s’est arrêté, prisonnier des échafaudages.

 

Leurs clichés nous révèlent un monde instable, étrange, surprenant. Des maillages d’acier interminables, un enchevêtrement de lignes comme un cocon de fer peu accueillant, ces vestiges d’une cité moderne cristallisent le paradigme de nos contradictions, mais également une interrogation sur notre futur et un voyage dans notre imaginaire.

Institut culturel italien
Du 6 au 23 novembre 2019
50 rue de Varenne, 75007 – M° Varenne (13)
Du lun. au ven. de 10h à 13h et de 15h à 18h
En savoir plus ¤ ici ¤

Vladimír Birgus
Autant, si peu

Vladimir Birgus, Riga , 1982 © Vladimir Birgus

Retour dans l’Europe de l’Est des années 70. Le photographe tchèque Vladimír Birgus témoigne de l’atmosphère sinistre et résignée d’une époque où la prohibition règne. La grisaille des âmes déteint sur ses clichés, qui au-delà de leur caractère documentaire délivrent surtout un message pour l’individu et la société.

 

Regards fuyants, rebellions étouffées, c’est le temps où les rêves partent en fumées … industrielles. Ses images encapsulent de manière brillante toute la noirceur d’une époque rongée par les désillusions. Au travers de photographies en noir et blanc inédites, prises en Tchécoslovaquie, mais également en Pologne, Estonie, ou encore en Union Soviétique, le photographe nous livre un héritage photographique à valeur d’avertissement, en cette année de commémoration des 30 ans de la chute du mur de Berlin.

Centre tchèque de Paris
Du 6 au 23 novembre 2019
18 rue Bonaparte, 75006 – M° Saint Germain des Prés (4)
Du mar. au sam. de 13h à 18h – Entrée libre
En savoir plus ¤ ici ¤

Ange Leccia
Eblouissements

 

Ange Leccia, Laure - Girls, Ghosts and War, 2019 © Ange Leccia

Les images d’Ange Leccia portent en elles une dimension organique, en renouvellement permanent, leur rythme de régénérescence entrant en écho avec celui de la vie, ne laissant aucune emprise au temps. Emprisonnées dans un présent éternel, ses images en mouvement nous interrogent sur notre capacité à briser le cycle, à changer le cours des choses, à les faire dérailler de la boucle d’un irréductible destin.

 

Une réflexion fascinante sur le matériau filmique, ses arrangements, ses infinies possibilités. L’artiste intervient ici sur mesure pour les lieux, chez Auguste Comte, tentant par ses œuvres de réveiller les âmes féminines qui ont habité la demeure – notamment Clotilde de Vaux, son grand amour, mais aussi Sophie Bliaux, sa domestique, la gardienne des lieux, et Caroline Massin, son épouse –.et de fusionner les temporalités. Ses images muettes, comme sorties d’un songe, placent l’émotion au cœur de l’œuvre.

Maison Auguste Comte
Du 6 au 23 novembre 2019
10 rue Monsieur Le Prince, 75006 – M° Cluny- La Sorbonne (10)
Du mar. au sam. de 14h à 19h – Entrée libre
En savoir plus ¤ ici ¤

Roseanne Lynch
La trace de l'oubli

Roseanne Lynch, untitled [26.3.1], silver gelatin print,  2019 © Roseanne Lynch

Expérimentation, réflexion et rigueur. Trois principes fondateurs de l’école du Bauhaus que Roseanne Lynch applique dans son art photographique. La photographe irlandaise cherche la lumière dans l’obscurité, et contre toute attente, elle l’en fait jaillir. De sa chambre noire, elle fait émerger des formes abstraites, pourtant ultra-évocatrices. Une histoire racontée dans l’ombre, des photographies silencieuses et ô combien poétiques. On se noie dans les profondeurs de ses noirs vibrants et intenses, on se retrouve ébloui par un rayon de lumière à la discrétion éclatante, on ferme les yeux pour mieux voir.

 

 


Centre culturel irlandais

Du 7 au 23 novembre 2019
5 rue des Irlandais, 75005 – M° Place Monge (7)
Du mar. au dim. de 14h à 18h, mer. de 14h à 20h.
Entrée libre- En savoir plus ¤ ici ¤

 

Nicolas Silberfaden
Camila San Pedro

Nicolas Silberfaden, Sans titre, Tirage argentique sur papier kodak endura, 2017.

Un peu d’amour ne serait pas du luxe ! Le photographe Nicolas Silberfaden vous raconte l’histoire d’amour fictive et quelque peu contrariée de Camila San Pedro. Un parcours qui fend autant le cœur qu’il ne le réchauffe, à voir absolument !

 

 

 

 


Galerie PhotoSaintGermain

Du 6 au 23 novembre 2019
21 rue Guénégaud, 75006 – M° Mabillon (4)
Du mar. au sam. de 14h à 19h – Entrée libre
En savoir plus ¤ ici ¤



Exposition You au MAM