Cruels objets du désir - Giacometti et Sade

Institut Giacometti
Du 21 novembre 2019 au 16 février 2020

Un duo sulfureux

  • Lili portant l'objet desagreable d Alberto Giacometti Fondation Giacometti
  • Alberto Giacometti, Objet désagréable à jeter, 1931
  • Alberto Giacometti, Femme couchée qui rêve, 1929
  • Alberto Giacometti, Boule suspendue, 1930-31

 

Giacometti inspiré par le controversé Marquis de Sade : qui l’eût cru ? C’est pourtant l’objet central de cette exposition. Le moins que l’on puisse dire est que le résultat de ce travail ne manque pas d’audace ! Il faut s’imaginer Alberto Giacometti dans les années 30, ambitionnant de représenter le subconscient et tous les fantasmes qui l’alimentent. Or, impossible de parler de fantasmes sans évoquer la dimension érotique qu’ils retiennent. Ce qui relève de l’abstrait doit devenir au plus grand nombre concret et palpable. Qui de mieux, sinon le sulfureux Marquis de Sade, pour inspirer le sculpteur ? Bien qu’ouvertement subversifs et violents, les écrits de ce dernier nourrissent la créativité de l’artiste qui va concevoir des formes plus que suggestives. Apprêtez-vous à voir des sculptures phalliques que l’artiste nomme « Objet [s] désagréable [s] » ou encore une femme « transpercée » pendant qu’elle rêve. Si les œuvres semblent dérangeantes, Giacometti a toutefois le mérite de braver l’interdit en conciliant dans ses figures désir et torture. Sans doute est-ce là une façon de nous purger de nos pensées les plus refoulées et de nos propres pulsions. Une vraie consultation psychanalytique !

You might feel upset through those sculptures directly inspired from the writings of the Marquis de Sade. Open your mind, this exhibition will get your soul rid of your darkest thoughts !