Béjart fête Maurice : le bel hommage d’une troupe à son maître

Palais des Congrès de Paris
Jusqu'au 29 février 2020

  • Béjart fête Maurice, Béjart Ballet Lausanne
  • Béjart fête Maurice, Béjart Ballet Lausanne
  • Béjart fête Maurice, Béjart Ballet Lausanne
  • Béjart fête Maurice, Béjart Ballet Lausanne
  • Béjart fête Maurice, Béjart Ballet Lausanne
  • Béjart fête Maurice, Béjart Ballet Lausanne
  • Béjart fête Maurice, Béjart Ballet Lausanne

 

De retour à Paris, le Ballet de Lausanne présente une création de Gil Roman et rend un bel hommage à son maître, le chorégraphe Maurice Béjart, en revisitant quelques-unes de ses œuvres emblématiques.

Créé en 1987 par Maurice Béjart, le Béjart Ballet Lausanne fait partie des compagnies de danse les plus prestigieuses au monde. Treize ans après la disparition de son maître, la troupe continue de faire vivre l'esprit du maître dans le monde entier. Elle est de retour à Paris pour une poignée de soirées qui s'annoncent exceptionnelles.

La soirée s’ouvre avec t ‘M et variations..., ballet de Gil Roman créé en 2017 à l’occasion du 30ème anniversaire de la compagnie. Chronique d’un jour de fête, cette œuvre surprenante se présente comme une suite de variations sur le thème de l’amour et de la nécessité intérieure de la danse.

Portés par les musiques de Nick Cave et Warren Ellis, composées pour les films L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford et La Route, et accompagnés en live par des percussionnistes, les danseurs alternent danse mécanique et sensuelle, moments d’apaisement et rituels tribaux, le tout avec une bonne dose de dérision qui tend parfois vers le burlesque. Une véritable déclaration d’amour adressée à Maurice Béjart.

Puis vient le moment tant attendu, Béjart fête Maurice, hommage à Maurice Béjart, chorégraphe phare du XXème siècle qui révolutionna la danse moderne aux côtés de Merce Cunningham et Pina Bausch. Gil Roman, directeur du ballet depuis le décès de Béjart, a sélectionné quelques extraits tirés de chorégraphies mythiques du danseur, offrant une porte d’entrée dans l’univers de Béjart.

On redécouvre avec bonheur la verve de Béjart, tantôt malicieux, élégant, comique voire clownesque. Les danseurs évoluent sur des œuvres de musique classiques – la puissante Symphonie n°1 de Beethoven, une polka endiablée de Johann Strauss – et des airs de musique populaire – du Tchad, d’Inde et d’Europe de l’Est –, passant de l’un à l’autre avec une facilité déconcertante.

Le spectacle finit en apothéose avec le légendaire Boléro de Ravel, orgasme musical et chorégraphique pour une quarantaine de danseurs. Le soliste Julien Favreau interprète avec brio cette œuvre puissante, poème visuel sur l’éveil du désir dont émane une sensualité irrésistible. Une chorégraphie incontournable qui met en lumière l’excellence d’une troupe qu’on ne se lasse pas de voir.

Le spectacle sera en tournée à Biarritz et Mérignac en mars 2020.

Palais des Congrès de Paris
Jusqu’au 29 février 2020

2 place de la Porte Maillot, 75017 Gare : Neuilly – Porte Maillot (RER C)
Tarif : 47 € à 150 €

Réservations