FERMETURE EXCEPTIONNELLE - Esprit es-tu là ? au Musée Maillol

Musée Maillol
Jusqu'au 26 juillet 2020

  • Victor Simon, La toile bleue, mai 1943 - octobre 1944
  • Fleury Joseph Crépin, Le Temple des fantômes, Tableau n°77, mars 1940
  • Augustin Lesage, Composition symbolique, 1928
  • Lesage en train de peindre en public à l’Institut métapsychique international, 6 avril-21 mai 1927
  • Élise MÛLLER, La Fille de Jaïrus, 3 août - 15 septembre 1913
  • Augustin Lesage, Néfertiti, 1952
  • Victor Simon, La Toile judéo-chrétienne, 1937
  • Fleury Joseph CRÉPIN, Tableau merveilleux n° 30, 5 juillet 1948

 

Peintures spirites

En 1853, alors qu’il est exilé sur l’île de Jersey, Victor Hugo est initié par la poétesse Delphine de Girardin à une nouvelle science : celle des « tables tournantes ». Après quelques séances, au cours desquelles il communique avec l’esprit de personnes mortes – dont celui de Léopoldine, sa fille décédée, Shakespeare, Molière, Racine, Jésus-Christ et Mahomet ! –, l’écrivain tombe sous le charme de cette pratique promise à un bel avenir.

Venu tout droit des Etats-Unis, le courant spirite devient rapidement, au milieu du XIXe siècle, un phénomène de société européen, favorisé par les guerres qui secouent le continent, puis cultivé par les milieux intellectuels. Bien qu’il s’essouffle au tournant du siècle, le mouvement continue de fasciner dans certains milieux.

C’est le cas d’Augustin Lesage, Victor Simon et Fleury-Joseph Crépin, tous trois originaires du Nord de la France et issus de milieux modestes, que rien ne prédestinait à la peinture – jusqu’à que ce que des voix les enjoignent à peindre, devenant ainsi des messagers de l’au-delà. Augustin Lesage commence à peindre en 1911, après qu’une voix lui ait révélé sa vocation dans le couloir d’une mine : « Un jour tu seras peintre ».

Victor Simon, considéré par Augustin Lesage comme son continuateur, crée sa première toile en 1933 à la suite d’une révélation similaire. Fleury Joseph Crépin, enfin, commence à peindre en 1939, à l’âge de 64 ans. Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, des voix mystérieuses le missionnent : « Quand tu auras peint 300 tableaux, ce jour-là la guerre finira... » Il achèvera son trois-centième tableau le 7 mai 1945, la veille de l’Armistice …

Le Musée Maillol rend hommage à ces trois artistes, les principaux peintres spirites de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, dans une exposition qui nous emmène vers le monde des esprits. Influences chrétiennes, hindoues, orientales ou encore égyptiennes se mêlent dans la centaine d’œuvres présentées ici, dominées par l’ornement et la symétrie. On découvre un monde étonnant où les formes géométriques architecturales, les motifs floraux et les figures religieuses d’Augustin Lesage semblent répondre aux temples, personnages et animaux mystérieux peints par Fleury Joseph Crépin.

L’exposition, complétée par des œuvres de Victor Brauner, André Breton, Robert Desnos, Paul Eluard et Kandinsky, souligne également la survivance des pratiques spirites et leur rayonnement au-delà de la peinture. Prêt à faire tourner les tables ?

Have you heard about spiritualism ? Discover the strange works of Augustin Lesage, Victor Simon and Fleury-Joseph Crépin, three spiritualist painters from the late 19th and early 20th centuries.