Caen- Les villes ardentes / Art, travail, révolte 1870-1914

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE CAEN
Du 16 mai au 20 septembre 2020

  • Paul-Louis DELANCE, Grève à Saint-Ouen, 1908, Huile sur toile.
  • Maximilien LUCE, Aciéries près de Charleroi, 1897
  • Henri GERVEX, Le Quai de la Villette à Paris ou Le Coltineur de charbon, 1882, Huile sur toile.
  • Henri EVENEPOEL, Travailleurs retournant du travail au crépuscule, 1897

 

Les Impressionnistes excellent dans la représentation des paysages et des jeux de lumière, mais ce n’est pas là leur unique domaine d’expertise, bien au contraire ! Une grande majorité de leurs œuvres picturales sont des œuvres d’agrément, où la société de loisir est reine, mais nombre d’entre elles s’imprègnent de la thématique du travail, dénonçant une dure réalité sociale.

Le ballet quotidien des ouvriers, des terrassiers, des maçons n’a désormais plus aucun secret pour ces artistes, bien décidés à s’ériger en témoins de leur époque. Du souvenir de la Commune à la veille de la Première Guerre mondiale, les cent cinquante œuvres exposées au Musée des Beaux-Arts de Caen retracent l’émergence de l’industrialisation de la France, à l’instar de cette très belle scène de grève dépeinte par Paul-Louis Delance, Grève à Saint-Ouen. Il s’attache à dépeindre le climat social tendu des années 1900 par le biais d’une représentation hautement symbolique : un drapeau, dont la couleur rouge est renforcée par la couleur verte du fond, est placé en plein coeur du tableau. L’ensemble de la composition est axée autour de lui. Le corbillard transportant un ouvrier tué lors d’une manifestation, est relégué au second plan, passant presque inaperçu. Alors que l’on a souvent l’habitude d’opposer les écoles naturalistes, Impressionnistes et post-impressionnistes, on constate qu’elles ne sont pas si éloignées que ça les unes des autres, se rejoignant même autour d’un motif commun : le travail.

FOCUS SUR LE MUSEE DES BEAUX-ARTS DE CAEN : Le cadre exceptionnel du Musée des Beaux-Arts de Caen ne vous laissera pas de marbre. Il est hébergé par le Château ducal de Guillaume Le Conquérant, résidence phare des ducs de Normandie, rois d’Angleterre, construite en 1060, dont les enceintes sont encore visibles de nos jours. Vous traverserez ses remparts pour accéder aux portes fortifiées qui vous mèneront à l’espace muséal, plus contemporain. Le musée des Beaux-Arts de Caen propose un panorama de la création du XVe au XXIe siècle, notamment de l’art italien, français, flamand et hollandais mais c’est surtout sa collection de 50 000 estampes, présentées régulièrement lors d’expositions temporaires dédiées à Dürer ou à Rembrandt, par exemple, qui constitue sa plus grande richesse. Le musée organise entre six et huit expositions temporaires chaque année, offrant à la vue du spectateur peinture, dessin, photographie ou estampe. Depuis 2007, le château accueille, en plus du musée, un Parc de sculptures modernes d’Auguste Rodin, Antoine Bourdelle ou encore Huang Yong Ping, ensemble monumental de dix sculptures juchées sur des mâts de 4 à 12 mètres de haut. Vous pourrez vous aérer dans ce jardin après avoir vu les magnifiques expositions temporaires du musée.

MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE CAEN

Du 16 mai au 20 septembre 2020

Le Château, 14000 Caen