Quand le chewing-gum devient de l’art selon Maurizio Savini

  • Maurizio Savini - Ours
  • Maurizio Savini - Singe
  • Maurizio Savini - Chaussures
  • Maurizio Savini - Crocodile
  • Maurizio Savini - Drapeaux des Etats-Unis d'Amérique
  • Maurizio Savini - Garçon
  • Maurizio Savini - Girafe
  • Maurizio Savini - Homme suspendu
  • Maurizio Savini - Jeune fille
  • Maurizio Savini - Lustre

 

C’est en rompant avec les codes traditionnels que l’artiste italien Maurizio Savini s’est fait connaître dans le monde, il y a déjà plus de vingt ans. A partir d’une idée décalée – réaliser une multitude de sculptures avec comme matériaux principal le chewing-gum – il entame une production volumineuse.

Ses inspirations alternent entre les contes pour enfants dont il reprend diverses créatures et animaux - tel que l'ours par exemple. On compte aussi certaines inspirations de la Pop-culture parmi ses influences (on pense notamment au gorille rappelant King Kong pour n'en citer qu'un) mais aussi différents questionnements sociaux. L'exemple de la jeune fille baissant la tête au milieu d'une cagette de bois est par exemple tout à fait parlant et rend compte d'une certaine aliénation sociale et d'un déséquilibre entre les milieux sociaux.

« Les sculptures de Savini présentent une couleur rose éclatante, proche du violet brillant, en raison de sa technique personnelle impliquant l’utilisation de fibre de verre et de chewing-gum », détaille la galeriste Luisa Catucci avant de reprendre : « Le goût Pop dans les œuvres de Savini est souligné non seulement par la consommation épuisante de l’objet chewing-gum, mais surtout par cette couleur rose-rouge, persuasive et pourtant trompeuse, déjà connue par les hérauts du XIXe siècle, dans les hauts niveaux de la curia romaine, et appliquée industriellement depuis les années 60 par des étiquettes de produits de consommation de masse, il suffit de penser au rouge de Coca Cola et à sa déconstruction d’Andy Warhol ».

Une réhabilitation totale de la célèbre pâte à mâcher, dont il utilise près de 3000 bandes pour chaque sculpture !

Plus d’informations et d’actualité sur l’artiste sur le site de la galerie.

Découvrir d'autres artistes insolites...


Vous aimerez aussi…

May Parlar, Collective Solitude 2
  • Découverte
  • Photo

La solitude collective de May Parlar

La série « Collective Solitude » de May Parlard, nominée pour le Prix Aesthetica Art de 2019, interroge les questions d’appartenance et d’aliénation, du changement constant de l’être en devenir… Centrée sur le féminin, May Parlar questionne les notions d’identité et du rapport entretenu avec soi-même – ce « soi » parfois limpide mais aussi inaccessible.

Vile illusion murale 2
  • Découverte
  • Insolite

 Traverser les murs avec le street art de Vile

A tourner en rond dans nos appartements comme des bêtes en peine, on finit par avoir l’impression que les murs rétrécissent… Le graffeur portugais Vile, de son vrai nom Rodrigo Miguel Sepúlveda Nunes, a trouvé la solution parfaite pour cela.

Leandro Erlich
  • Découverte

Leandro Erlich pose une échelle vers le ciel

Fortement imprégné de l’esthétique du réalisme magique, c’est en Nouvelle Orléans que Leandro Erlich a pour la première fois l’idée de ce qui deviendra ensuite ses installation phares « Window and Ladder – Too Late for Help » ou « L’ultime déménagement ».

kumi yamashita 3
  • Découverte
  • Insolite

 Donner la vie aux ombres : les plaques de métal de Kumi Yamashita

Nous ne voyons que ce que nous nous attendons à voir, ce que nous connaissons : nos préjugés biaisent notre perception de la réalité. C’est ce que l’artiste japonaise Kumi Yamashita démontre à travers ses œuvres, jouant sur les ombres et les lumières pour former de parfaits trompe-l’œil visant à piéger les mécanismes et automatismes de notre esprit.