La fin des temps vue par Hugh Hayden. Déconstruction des mythes traditionnels

  • Hugh Hayden, America, 2018
  • Hugh Hayden, Zoom sur America, 2018
  • Hugh Hayden, Zoom sur America, 2018
  • Hugh Hayden, No More Dragons, 2019
  • Hugh Hayden, Ascension, 2019
  • Hugh Hayden, Zoom sur Ascension, 2019
  • Hugh Hayden, Lamentation Noir, 2019
  • Hugh Hayden, Profil de Lamentation Noir, 2019
  • Hugh Hayden, The Temptation Inside and Torment of St.Anthony, 2019
  • Hugh Hayden, Untitled Threshold (After Victor Horta After Charleston), 2019
  • Hugh Hayden, Zoom sur Untitled Threshold (After Victor Horta After Charleston), 2019

 

11

Diplômé en architecture, Hugh Hayden a une vision qui envisage les espaces et volumes comme autant de symboles qu’il utilise à son gré. La galerie Clearing, qui accueille son exposition « End of Days », le présente comme un artiste qui « assemble les archétypes, l’Histoire et l’humour dans son travail. En utilisant les icônes religieuses, les nouvelles technologies, les mythes anciens et la nature comme des poutres, fenêtres et murs, Hayden construit des structures symboliques complexes à travers lesquelles nous pouvons envisager à la fois le passer et le présent ».

En utilisant différentes formes de bois – de provenances inattendues telles que les arbres de Noël ou les bois exotiques par exemple – l’artiste américain façonne des objets surréalistes et divers pour donner son interprétation de la fin des temps... de quoi nous faire penser que finalement, on n'est pas si mal chez soi n'est-ce pas ?

L’œuvre « America », absente de l'exposition End of Days mais rappelée par l'échelle Ascension, est représentative du travail artistique de cette exposition : en recréant une table et des chaises à la mode traditionnelle des Etats-Unis, Hayden donne à voir le mobilier familial par excellence, symbole de la famille nucléaire et de l’american dream. En ajoutant des épines à la construction, il questionne et remet en question le modèle archétypal et rend son pouvoir au bois utilisé. Comme pour questionner les différents mythes, l’artiste propose un corpus controversé.

Pour en savoir plus sur l'artiste, rendez-vous sur le site de la galerie ou sur son site web. Plus d'actualités sur sa page Instagram.

Découvrir d'autres artistes insolites...


Vous aimerez aussi…

Aheneah - No glass to hold me back
  • Découverte

Du Street art au point de croix! La brillante idée d’Aheneah

Renouveler l’esthétique du street art et dépasser les frontières, c’est tout l’objectif de la jeune artiste portugaise Aheneah – de son vrai nom Ana Martins. Munies de vis et de fil, elle crée de larges œuvres murales à base de point de croix. Une œuvre absolument stupéfiante, qui défie les codes traditionnels.

Seb Janiak - Mimesis - Iridis Ishtarae, 2012
  • Découverte
  • Photo

Des ailes d’insectes transformées en fleurs par Seb Janiak

A cheval entre la faune et la flore, la nouvelle série « Mimesis » du photographe parisien Seb Janiak propose des clichés étonnants qui revisitent les lois de la nature.

Maurizio Savini - Crocodile
  • Découverte

 Quand le chewing-gum devient de l’art selon Maurizio Savini

C’est en rompant avec les codes traditionnels que l’artiste italien Maurizio Savini s’est fait connaître dans le monde, il y a déjà plus de vingt ans. A partir d’une idée décalée – réaliser une multitude de sculptures avec comme matériaux principal le chewing-gum – il entame une production volumineuse.

Adrian Gray - Stonebalancing 5
  • Découverte

 La zen-attitude des roches en équilibre d’Adrian Gray

Pas un mouvement brusque, pas un souffle, pas un tressaillement… et peut-être est-il possible d’imiter l’artiste britannique Adrian Gray, qui a initié une nouvelle forme d’art. Le « stonebalancing », ou l’art que trouver l’équilibre des roches, est une forme de land art basée sur l’assemblage de pierres, en utilisant uniquement les forces cinétiques naturelles.