La solitude collective de May Parlar

  • May Parlar, Collective Solitude
  • May Parlar, Collective Solitude
  • May Parlar, Collective Solitude
  • May Parlar, Collective Solitude
  • May Parlar, Collective Solitude
  • May Parlar, Collective Solitude
  • May Parlar, Collective Solitude
  • May Parlar, Collective Solitude

 

8

Confinés chez nous, il est parfois difficile de ne pas se sentir envahi par un sentiment d’impuissance et de solitude… alors que justement ce sentiment est partagé par des millions de personnes dans le monde entier ! Un monde à l’arrêt qu’avait déjà compris l’artiste May Parlar avant même qu’il ne voit le jour et dont elle semble délivrer les clefs…

Sa série « Collective Solitude », nominée pour le Prix Aesthetica Art de 2019, interroge les questions d’appartenance et d’aliénation, du changement constant de l’être en devenir… Centrée sur le féminin, May Parlar questionne les notions d’identité et du rapport entretenu avec soi-même – ce « soi » parfois limpide mais aussi inaccessible.

Collective Solitude est une série d’autoportraits présentant le corps de l’artiste en différents lieux. Le corps est démultiplié grâce aux techniques modernes de traitement de la photographie pour donner l’impression d’une multitude quand ne subsiste dans les faits qu’un unique individu isolé. Est-ce pour témoigner de la solitude née de l’anonymat des foules ? Ou pour berner l’aliénation en inventant une communauté irréelle ?

Perdu entre fiction et réalité, le spectateur est invité à réfléchir à sa relation avec le monde ou avec lui-même, pour identifier à travers l’art joyeux et poétique de May Parlar un peu de ce qu’il ressent au plus profond de lui.

Plus d'informations sur l'artiste ici.
Découvrir d'autres artistes insolites...


Vous aimerez aussi…

©Chris Morin-Eitner
  • Actu
  • Découverte

Quand Chris Morin-Eitner transforme la capitale en jungle tropicale

La nature reprend ses droits ! Si l’humain venait à disparaitre, à quoi ressembleront les villes, les monuments emblématiques qu’elles abritent ? Vous êtes-vous déjà posé la question ? L’artiste, Chris Morin-Eitner, n’a pas hésité à se la poser, tellement, qu’il a décidé de réaliser un projet autour de cette question. Fascinant non ?

HyperFocal: 0
  • Découverte

La fin des temps vue par Hugh Hayden. Déconstruction des mythes traditionnels

Diplômé en architecture, la vision de Hugh Hayden envisage les espaces et volumes comme autant de symboles qu’il utilise à son gré. En utilisant différentes formes de bois – de provenances inattendues telles que les arbres de Noël ou les bois exotiques par exemple – l’artiste américain façonne des objets surréalistes et divers pour donner son interprétation de la fin des temps.

Seb Janiak - Mimesis - Iridis Ishtarae, 2012
  • Découverte
  • Photo

Des ailes d’insectes transformées en fleurs par Seb Janiak

A cheval entre la faune et la flore, la nouvelle série « Mimesis » du photographe parisien Seb Janiak propose des clichés étonnants qui revisitent les lois de la nature.

Adrian Gray - Stonebalancing 5
  • Découverte

 La zen-attitude des roches en équilibre d’Adrian Gray

Pas un mouvement brusque, pas un souffle, pas un tressaillement… et peut-être est-il possible d’imiter l’artiste britannique Adrian Gray, qui a initié une nouvelle forme d’art. Le « stonebalancing », ou l’art que trouver l’équilibre des roches, est une forme de land art basée sur l’assemblage de pierres, en utilisant uniquement les forces cinétiques naturelles.