Jeune fille à la perle : de nouvelles analyses révèlent les secrets du tableau de Vermeer

  • "Jeune fille à la perle" de Vermeer
  • Analyse des couleurs de la "Jeune fille à la perle"
  • Microphotographie 3D de l'oeil droit du modèle
  • Zoom sur la perle de la "Jeune fille à la perle"

 

4

Des scientifiques ont mis en évidence de nouveaux détails dans le chef d’œuvre de Vermeer et ont découvert comment le peintre avait réalisé le tableau.

La Jeune fille à la perle, célébrissime tableau de Vermeer, n’avait plus fait l’objet d’analyses scientifiques depuis 1994. Abrité par le Mauritshuis à La Haye, le tableau, peint vers 1665, a eu droit à une batterie d’examens menée par des chercheurs et des conservateurs pour en apprendre davantage sur cette œuvre au pouvoir de fascination rarement inégalée. Leurs découvertes nous dévoilent un tableau beaucoup plus « humain », nous révélant des secrets tant sur le modèle que sur le peintre, comme l'explique le musée dans un communiqué.

Des cils invisibles et un rideau effacé

Les analyses effectuées ont permis de révéler différents éléments restés jusqu’à présent dans l’ombre, dont la présence de minuscules cils autour des yeux de la jeune fille, invisibles à l'œil nu. Ces cils microscopiques, observés grâce au rayon X macro fluorescent, confèreraient selon les chercheurs une plus grande personnalité au modèle, dont on ne connaît toujours pas l’identité – cet anonymat a d’ailleurs fait l’objet du roman de Tracy Chevalier, intitulé La jeune fille à la perle, adapté au cinéma avec Scarlett Johansson et Colin Firth.

Les examens ont également permis de mettre en avant l'existence d'un rideau vert dans l'arrière-plan, alors que le fond du tableau semble être complètement vide. Repéré grâce à l’analyse des variations de couleurs, le rideau vert devant lequel la jeune femme est représentée s’est estompé au fil des siècles jusqu’à disparaître complètement.

Des pigments « plus précieux que l’or »

Les recherches menées ont également permis aux équipes mobilisées d’en apprendre davantage sur la technique picturale de Vermeer, les pigments qu’il utilisait ainsi que les différentes étapes de la réalisation du tableau. On découvre ainsi que plusieurs détails de la composition ont été modifiés par le peintre, dont la position de l'oreille, le haut du foulard et la nuque.

Les analyses ont mis en évidence l’utilisation de pigments d’une très grande qualité, provenant du monde entier, du Mexique à l’Asie. Vermeer a notamment utilisé un bleu outremer d'Afghanistan obtenu à partir d’une pierre semi-précieuse qui, à l'époque, était considéré comme plus précieux que l'or. Il a également eu recours à deux pigments de blanc aux propriétés optiques différentes pour obtenir, dans les zones où l’on passe de l’ombre à la lumière, un effet de transparence sur la peau du modèle.

Sans révéler pour autant l’identité du modèle, ces découvertes rendues possibles grâce à la technologie nous permettent d’en savoir davantage sur ce tableau énigmatique qui n’a pas fini de nous faire fantasmer.


Vous aimerez aussi…

© : Jean-Pierre Gonçalves de Lima/David Hockney Courtesy Pace Gallery.
  • Actu

Le confinement de David Hockney en Normandie

C’est en Normandie, dans le Calvados que le célèbre peintre David Hockney a posé ses valises pendant le confinement. Un petit coin de paradis orné de fleurs et de verdure où l’artiste britannique s’est aménagé un petit nid de création.

The Sound of music
  • À la maison
  • Spectacles

 « La Mélodie du bonheur » chez vous ce week-end !

"La Mélodie du bonheur", la célèbre comédie musicale composée par Richard Rodgers et écrite par Oscar Hammerstein II, débarque chez vous ce week-end. Un spectacle phare de Broadway à redécouvrir pendant 48h !

Le Cri Edvard Munch couleurs
  • Actu

Des chercheurs révèlent pourquoi les couleurs du « Cri » d’Edvard Munch s’estompent

Des scientifiques ont découvert qu'Edvard Munch avait peint son chef d’œuvre avec une peinture de mauvaise qualité qui s’altérerait au contact de la respiration humaine, écartant la luminosité comme principale source de détérioration. 

Manchots musee nelson-atkins kansas-city
  • Actu
  • Insolite

 Des manchots du zoo de Kansas City visitent un musée

Le directeur du musée Nelson-Atkins et le PDG du zoo de Kansas City ont eu la drôle d’idée d’emmener des manchots en virée au musée. Ils auraient même préféré Le Caravage à Monet !