* Crossing views, Cindy Sherman fait son exposition à la Fondation Louis Vuitton

Fondation Louis Vuitton
Jusqu'au 3 janvier 2021

  • Zanele Muholi, Thembekile Parktown, 2015
  • Clément Cogitore, The Evil Eye
  • Pierre Huyghe, Installation
  • Rob Pruitt, Cardboard Monster & Cardboard, 2010
  • Louise Bourgeois
  • Wolfgang Tillmans, Hair cut, 2007

 

6

Le portrait dans la Collection Vuitton

À l’occasion de la folle rétrospective que lui consacre la Fondation Louis Vuitton, l’artiste américaine Cindy Sherman, reine du travestissement et du détournement, propose de découvrir 50 œuvres issues de la collection de la Fondation, dont certaines n’ont encore jamais été montrées au public.

Réalisées par des artistes français (Louise Bourgeois, Christian Boltanski, Clément Cogitore) et internationaux (Andy Warhol, Marina Abramović, Damien Hirst), les œuvres exposées ont toutes été choisies pour leur proximité avec le thème du portrait, sujet de prédilection de Cindy Sherman.

Chaque artiste interroge ainsi à sa manière les archétypes féminins et masculins, l’enfance et l’adolescence, la mémoire intime et collective, la fiction et l’identité sociale, ainsi que la façon dont les nouveaux médias et les réseaux sociaux modèlent nos représentations. Andy Warhol se met en scène au masculin et au féminin sur les polaroids de la série Self-portraits in drag tandis que Damien Hirst se représente en collectionneur de fiction dans The Collector with Friend.

D’autres n’hésitent pas à se mettre en scène dans des situations incongrues, comme Ming Wongre qui rejoue en allemand dans un portrait vidéo une scène du célèbre film de Fassbinder Les larmes amères de Petra von Kant, ou Samuel Fosso qui dans 70’s Life Styles reprend la posture et les costumes de célébrités des années 1970.

D’autres optent pour des dispositifs encore plus originaux. C’est le cas de Christian Boltanski et Annette Messager qui convoquent une mémoire intime partagée dans l’œuvre commune Le Voyage de Noces, installation murale réunissant dessins et photographies en couleurs, ou de Louise Bourgeois, dont l’installation No Exit renvoie aux traumas de l’enfance.

D’autres, enfin, se font plus engagés, mettant à distance les « clichés » et les images ancrées dans notre mémoire. Zanele Muholi dénonce les stéréotypes liés à la femme noire dans ses autoportraits tandis qu’Adel Abdessemed réinterprète dans ses fusains monumentaux l’image tristement iconique de la jeune fille brûlée par le napalm durant la guerre du Vietnam. Autant de démarches artistiques qui viennent prolonger la réflexion sur l’identité menée par Cindy Sherman.

Parallel to the Cindy Sherman retrospective, the Fondation presents Crossing Views, a selection of works from the Fondation's Collection centred on the theme of the portrait and its interpretation through different approaches and media.