* Une vie de château à Lunéville

Château de Lunéville

  • Vue du château de Lunéville
  • Vue du château de Lunéville
  • Vue du château de Lunéville
  • Vue du château de Lunéville
  • Vue du château de Lunéville

 

5

Fief des ducs de Lorraine, le Château de Lunéville fut construit entre 1703 et 1720 par Germain Boffrand, pour devenir la résidence principale de Léopold Ier. En s’inspirant de l’architecture versaillaise comme le voulait la mode de l’époque, il occupe l’emplacement d’une ancienne fortification médiévale. Véritable chef-d’œuvre de l’architecture classique, sa chapelle palatine constituée d’imposantes colonnes et de décors sculptés est classée dès 1901 en tant que monument historique. Ce lieu chargé d’histoire nous invite à la découverte de ses splendides intérieurs et de ses jardins à la française de 21 hectares.

Le saviez-vous?

Le Château de Lunéville peut être considéré comme un véritable survivant, puisqu’il a fait face à huit incendies depuis sa construction. Selon la légende, on raconte qu’un pacte aurait été conclu entre le roi Leszczyński qui occupait les lieux, et Nicolas Ferry, son confident surnommé « Bébé » en raison de son nanisme. Le premier devait trouver à son ami une épouse, sans quoi il périrait dans les flammes… Ce qui arriva au roi qui succomba à un incendie en 1766 en ayant failli à sa promesse. Depuis, certains racontent que le fantôme du nain hanterait le château.

A VOS AGENDAS ! Les Journées du Patrimoine
Le 19 et 20 septembre 2020

À l’occasion des journées européennes du patrimoine, le château de Lunéville propose plusieurs événements qui mettent en lumière les richesses de la culture lorraine. Voici nos coups de cœur :

Les Belles Heures

L’histoire du château est retracée dans un parcours en trois temps avec des restitutions numériques et des maquettes illustrant ses nombreuses métamorphoses, ainsi qu’une sélection de somptueux portraits des grandes personnalités de la Lorraine.

Le petit Versailles Lorrain entre dans Minecraft (le samedi)

En résidence, dix étudiants en architecture modélisent les bâtiments sur la plateforme ludique Minecraft.

Des impromptus musicaux

Les après-midis, des concerts viendront ponctuer votre visite avec des improvisations... Pour ne rien rater, retrouvez la programmation sur le site du château.
Un fabuleux spectacle son et lumière Une projection monumentale sur « Les métamorphoses du château » le samedi à 21h30.

CHÂTEAU DE LUNÉVILLE
Place de la 2e Division de Cavalerie
54300 Lunéville


Vous aimerez aussi…

Zu-n3h6Q
  • Mode
  • Insolite

* Exposition Anna-Barbara Aumüller, Mode au futur au musée Bourgoin-Jallieu

Musée de Bourgoin-Jallieu
Du 19 septembre au 14 mars 2021

Qu’allons-nous trouver dans notre dressing de demain ? Quand le génie d’une créatrice de mode s’allie aux inventions spectaculaires d’inventeurs français, cela donne une véritable révolution vestimentaire.

création typographique pour la traduction française : Jean-François Rey.
  • Dessin

* Exposition Jean François Rey, typographie et bandes dessinées à Chaumont

Le Signe - Centre national du graphisme
Du 11 juillet au 4 octobre 2020

Jean-François Rey est l’un des acteurs injustement méconnus de l’univers de la bande- dessinée. A l’occasion de l’année 2020 dédiée au neuvième art par le Ministère de la Culture, le Signe rend hommage au travail de cet artiste de l’ombre dans une exposition monographique : Jean-François Rey, Typographie et Bandes dessinées.

En collaboration avec Matthias Schrö
  • Contemporain

* Exposition Jeongmoon Choi : le pouls de la terre au FRAC Alsace

FRAC Alsace
Jusqu’au 25 octobre 2020

« Je dessine les mouvements et les vibrations de la terre. Quelles traces et mémoires matérielles et immatérielles les tremblements de terre laissent-ils derrière eux ? », explique l’artiste coréenne Jeongmoon Choi, qui explore la thématique tragique des séismes à travers une gigantesque installation in situ, The Pulse of the Earth.

© Philippe Migeat -Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP
  • Classique

* Exposition Folklore au Centre Pompidou de Metz

Centre Pompidou-Metz
Du 12 juin au 4 octobre 2020

Le folklore en peinture est souvent victime des clichés les plus péjoratifs. Il renvoie pour certains à l’artificialité, pour d’autres à un passéisme suranné.