* Exposition Victor Brauner : entre rêve et cauchemar au musée d'art moderne

Mam - Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
Jusqu'au 10 janvier 2021

  • Victor Brauner, Sur le motif
  • Victor Brauner, La rencontre du 2 bis, rue Perrel, 1946
  • Victor Brauner, Portrait d'André Breton
  • Victor Brauner, La porte, 1932
  • Victor Brauner, Portrait de Mme R.B, 1925
  • Victor Brauner, Le tableau à quatre pattes, 1965
  • Victor Brauner, Le surréaliste, 1947
  • Victor Brauner, La porte, 1932
  • Victor Brauner, Jacqueline au grand voyage, 1946
  • Victor Brauner, Homme idéal
  • Victor Brauner, Force de concentration de Monsieur K.
  • Victor Brauner, Conglomeros
  • Victor Brauner, Cérémonie, 1947
  • Victor Brauner, Autoportrait

 

14

Entre rêve et cauchemar

Vous avez probablement en tête le monstre du tableau La rencontre du 2 bis rue Perrel, créature étrange à une tête, deux corps et six bras évoluant dans une jungle sauvage à la Douanier Rousseau en compagnie d’un personnage noir mystérieux qui joue de la flûte, comme s’il tentait de charmer le monstre. Mais connaissez-vous l’artiste qui se cache derrière cette vision fantastique ?

Il s’agit de Victor Brauner, peintre roumain excentrique qui fût le compagnon de routes des Dadas et des Surréalistes dans la première moitié du XXe siècle. Le musée national d’art moderne consacre une impressionnante monographie à l’artiste, près de 50 ans après la rétrospective qui lui avait été dédiée. Riche d’une centaine d’œuvres, peintures et dessins, dont certaines n’ont pas été montrées depuis la dernière rétrospective parisienne, l’exposition retrace le parcours singulier de Victor Brauner, de ses débuts en Europe de l’Est jusqu’à ses années surréalistes, en passant par la sombre période de la Seconde Guerre mondiale et les expérimentations de ses dernières années.

Né en Roumanie en 1903, Victor Brauner participe à l’effervescence artistique de Bucarest dans les années 1920, où il devient familier des avant-gardes – parmi lesquelles l’expressionnisme, le constructivisme et dada. Son œuvre glisse progressivement vers le surréalisme à partir de son premier séjour à Paris, en 1925. Il adhère officiellement au mouvement en 1933, date à laquelle il commence à participer aux manifestations du groupe organisées autour d’André Breton. Il crée alors un langage nouveau qui donne à voir les ressorts invisibles du monde, construisant une œuvre angoissée inspirée par la psychanalyse.

Vous risquez fort de rester scotché devant son puissant Autoportrait, où il se représente avec un œil crevé, de façon prémonitoire, face à cet homme qui peint avec des membres lui sortant des yeux (Sur le motif, 1937), ou bien encore devant ces tableaux colorés influencés par les arts amérindiens. Expérience barrée garantie !

Le saviez-vous ?

Exilé clandestinement dans le Sud de la France pendant la Seconde Guerre mondiale, Victor Brauner invoque les doctrines les plus secrètes (tarot, alchimie, spiritisme, kabbale) pour se protéger de la France occupée et se réfugie alors dans un monde de rêve.

Victor Brauner, Romanian painter from the first half of the 20th century, has a special place in the history of surrealism. Discover his bizarre paintings at the Musée d’art moderne. Absolutely weird !