* Renaud, une putain d'exposition à la Cité de la Musique

Cité de la musique
Jusqu'au 2 mai 2021

  • Prise de vue pour l'album A la belle de mai, 1993
  • Boucan d'Enfer (Affiche)
  • Renaud chez lui dans les Hauts de Seine le 8 Mars 1979
  • Porte d’Orléans, 1976
  • Enregistrement premier album au studio Damiens, 1974
  • Prise de vue pour la pochette Laisse béton, 1977
  • Renaud à la Porte d'Orléans
  • Prise de vue pour la pochette A la belle de mai, 1994

 

8

Avec son allure désinvolte, son regard sévère et sa voix nasillarde, Renaud est l’éternelle figure du rock français qui a su enjoliver le langage populaire comme personne. Avec Mistral gagnant, Laisse béton ou encore Manu, celui qu’on a surnommé « la chetron sauvage » est entré dans le patrimoine de la chanson pour ses paroles engagées et sans langue de bois. En pénétrant dans les coulisses de la vie de cette icône tendre et rebelle, on découvre les rêveries de son enfance Porte d’Orléans jusqu’à ses derniers succès sur la scène musicale. À travers les décors de scène de Gérard Lo Monaco, fidèle scénographe et illustrateur de Renaud, nous errons dans les souvenirs poétiques de cet adolescent soixante-huitard, qui a fait ses premiers cafés-concerts dans le « Paname » qu’il aime tant chanter. Archives familiales et audiovisuelles, manuscrits et illustrations de l’artiste se succèdent. Car dans l’univers de Renaud s’ouvre un langage idiosyncrasique, peuplé de lieux, de personnages et d’expressions bien à lui. Et ce sont justement ces diverses fictions, de la banlieue de Gérard Lambert au jardin perdu de l’enfance, que l’on est amené à rencontrer dans cette exposition mêlant textes, dessins et musiques. Entrer dans les chansons de l’artiste permet par la même occasion de voyager dans l’histoire des dernières décennies, ponctuée par ses militantismes politique, écologique et humanitaire, parfois relayés dans Charlie Hebdo. Une traversée sur sa «.mob.» qui se termine avec les planches de l’illustratrice Laureline Mattiussi, faisant entrer l’insolence de Renaud dans les collections du musée.

Le saviez-vous ?

Jeune comédien au Café de la Gare à Paris, Renaud devient rapidement ami avec les acteurs Patrick Dewaere, Miou-Miou et Coluche qui s’y produisent régulièrement. Lors de la disparition de ce dernier, l’artiste écrit à chaud la chanson Putain de Camion, marquant sa tristesse et sa rage face à cet accident si soudain. Un hommage fort qui se termine avec des mots bien à lui : « Enfoiré, on t’aimait bien, maintenant on est tous orphelins ».