Adobe
Adobe

L'exposition Léopold Chauveau, entre candeur et cruauté à la Piscine de Roubaix

La piscine de Roubaix
Prochainement

  • Chauveau, paysages monstrueux n°21, 1920
  • Léopold Chauveau, Les fables de la Fontaine, 1921
  • Léopold Chauveau, Paysage monstrueux n°38, 1920
  • Léopold Chauveau, Paysage Monstrueux n°29, 1939
  • Léopold Chauveau, Paysage monstrueux n°55, 1921
  • Léopold Chauveau, La Maison des monstres, 1911
  • Léopold Chauveau, La Maison des monstres, 1910
  • Léopold Chauveau, Monstre (autoportrait), 1908
  • Léopold Chauveau, Tante Louise, 1911
  • Léopold Chauveau, Monstre

 

10

Avec ses paysages fantastiques, peuplés de petits monstres et d’êtres mythologiques, Léopold Chauveau a constitué un monde bien à lui, où se mêlent aussi bien des références à l’art gothique qu’au symbolisme ou à l’estampe japonaise. Ce médecin de formation, marqué par son expérience de chirurgien de guerre, s’est rapidement réfugié dans cet univers magique, qu’il traverse par le biais de la sculpture, de l’illustration et de l’écriture de contes pour enfants. L’exposition présente une soixantaine de sculptures fondues en bronze qui démontrent son approche novatrice du modelage, renouvelant constamment les formes : créatures au long nez et au regard hagard, gargouilles sans bras, petits êtres aux jambes disproportionnées ou aux corps cabossés.

En parallèle, 150 illustrations dévoilent des mondes imaginaires et étranges, où des yeux se suspendent aux arbres et des serpents marchent sur leurs pattes. On y retrouve l’influence de son ami artiste Georges Lacombe, par l’utilisation de couleurs éclatantes et de fines cernes noires. Chauveau nous livre un univers poétique et coloré, empreint de candeur et teinté d’une cruauté certaine. Alors qu’ils devraient nous effrayer, ces êtres hybrides nous touchent par leurs expressions hébétées et leurs gestes maladroits. Chacun semble s’interroger sur sa place dans un monde absurde et plein d’ironie. Tant de réflexions que l’on retrouve dans les contes de Léopold Chauveau, des récits pour enfants résolument modernes, mêlant critiques sociales et pensées philosophiques. Profondément marqué par les Fables de La Fontaine, l’artiste revendique une éducation franche, basée sur le sarcasme et l’humour noir, où chaque monstre demeure rationnel. Une facette qui s’ajoute à l’œuvre atypique et éclectique d’un artiste au cœur d’enfant, jusque-là resté dans l’ombre.

  • Georges Lacombe, Portrait de Léopold Chauveau, 1912

 

1

Le saviez-vous ?

La vie de Léopold Chauveau est tout aussi atypique que son œuvre ! Né en 1870 à Lyon, le jeune homme entame des études de médecine sur le conseil de ses parents. Initié à la sculpture par l’artiste nabi Georges Lacombe, il commence à créer des monstres à l’âge de 35 ans, en parallèle de sa profession. Mais lorsque débute la Première guerre mondiale, Chauveau est mobilisé pour soigner les nombreux blessés. Une expérience traumatique au cours de laquelle il perdra deux de ses fils et sa femme. Au lendemain de la guerre, il arrête la médecine pour se consacrer entièrement à l’art et débuter l’écriture de plusieurs livres pour enfants, comme Les Histoires du petit père Renaud qui seront illustrées par le célèbre peintre Pierre Bonnard. Qui aurait prédit que le médecin serait devenu ce grand artiste, récemment présenté au musée d’Orsay et actuellement à La Piscine de Roubaix ?

LA PISCINE, MUSÉE D’ART ET D’INDUSTRIE ANDRÉ DILIGENT
Prochainement
23 rue de l’Espérance, 59100 Roubaix



Adobe