Le Muséum d’histoire naturelle de Londres consacre la photographie animalière de l'année

  • Sergey Gorshkov, The Embrace, 2019
  • Life in the Coral Corridors
  • Eye of the Drought
  • Father Protector
  • A Fox for All Seasons
  • High and Wild
  • Surprise!
  • The Twilight Bells
  • Wolf Mountain

 

9

Mardi 13 octobre, le Museum d'histoire naturelle de Londres a décerné la la 56e édition du prix Wildlife Photographer de la meilleure photographie de faune sauvage, au Russe Sergey Gorshkov pour son cliché The Embrace, mettant en scène une tigresse de Sibérie, aussi nommée tigresse de l'Amour, enlaçant un sapin dans l'Est de la Russie. C'est la duchesse de Cambridge, Kate Middleton, qui a révélé le nom du lauréat, élu parmi plus de 49 000 participations, explique le musée. C'est en utilisant plusieurs appareils dissimulés dans la nature que le photographe a réussi à obtenir, après onze mois de travail, cet instant aussi tendre qu'exceptionnel. Rosamund Kidman Cox, présidente du jury du Wildlife Photographer, décrit à ce titre les « rayons de ce soleil d'hiver qui subliment le vieux sapin et la fourrure de cette énorme tigresse alors qu'elle saisit le tronc dans une extase évidente et inhale l'odeur du tigre dans l'écorce et la résine, laissant à son tour sa propre marque comme un message. C'est une scène comme aucune autre. ». L'espèce, longtemps chassée pour sa fourrure, a vu sa population baisser drastiquement ces dernières années. On ne dénombre aujourd'hui que cinq cent cinquante félins, perpétuellement menacés par le braconnage et l'exploitation forestière.

Né en 1966, Sergey Gorshkov a grandi dans l'immensité déserte des steppes de Sibérie et a toujours côtoyé la faune sauvage. Après avoir voyagé en Afrique, il a ensuite fait des zones polaires de Sibérie son sujet de prédilection, traquant jusqu'aux traces les plus infimes d'ours, de renards et d'oies sauvages, habitants discrets de ces étendues glaciales.

Trois français également récompensés

  • Frank Deschandol, A tale of two wasps, 2019
  • Quentin Martinez, A risky business, 2019
  • The current of life, 2019
  • Laurent Ballesta, The night shift, 2019

 

4

Originaire du Havre, Frank Deschandol a également été récompensé pour la catégorie des invertébrés grâce à sa photo de guêpes-coucous prise en 2019 dans la baie de Seine. Ce spécialiste de macrophotographie a explique qu'il doit beaucoup à la chance pour obtenir de tels clichés, du fait notamment de la rapidité de ces sujets. Le Gardois Quentin Martinez décroche quant à lui une mention honorable dans la catégorie photojournalisme - cliché unique, pour une image illustrant le commerce de viande de brousse en Indonésie. Laurent Ballesta, originaire d'Occitanie, a lui été salué pour deux photographies dans la catégorie sous-marine.


Vous aimerez aussi…

The Beatles, Images of a wowan, 1966

Confinement : quand les Beatles peignaient

Les derniers mois nous l'ont prouvé : le confinement est une période riche pour les plus rêveurs et les plus créatifs d'entre nous. Les Beatles aussi l'ont expérimenté, lors de leur série de concerts de juillet 1966 en Asie.

Régalade

Guide Michelin : le fleuron des restaurants parisiens s'invite chez vous

On si on changeait un peu du classique pizza-coca-burger ? Parce-qu'on a mille manières de se faire plaisir, et qu'on a la chance de vivre dans un pays de gastronomie où manger est un art, nous vous avons réuni les meilleures adresses pour commander ou se faire livrer les plats des grands chefs de Paris, tous classés au guide Michelin.

This handout picture taken on October 5, 2020 and released on November 13, 2020 by the Osenat Auction House in Versailles, west of the French capital Paris, shows a white shoe that once belonged to France's Queen Marie-Antoinette, fashioned from goatskin and silk with a leather sole and four overlapping pleated ribbons, and which measures 22.5 centimeters (8.8 inches) with a heel that is 4.7 centimeters (1.85 inches) in height. - The single shoe will be auctioned by Osenat in Versailles on November 15, 2020.  Belonging to Marie Antoinette, the last Queen of France who was executed during the French Revolution 1793, the shoe has a reserve of €8,000 to €10,000 ($9,450 to $11,800). The shoe had ended up with Marie-Emilie Leschevin, a close friend of the queen's head chambermaid, whose husband also died at the guillotine. The shoe had then stayed in subsequent generations of Leschevin's family. (Photo by - / OSENAT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / OSENAT / - "- NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Un soulier de Marie-Antoinette vendu 43 750 euros aux enchères

Avec ses joues rosées, ses coiffures extravagantes et ses robes majestueuses, on reconnaît entre mille les portraits de Marie-Antoinette, l’une des reines les plus admirée dans le monde. Rien d’étonnant donc à ce que la vente aux enchères d’un de ses souliers de soie ce dimanche ait provoqué un vif intérêt chez les collectionneurs internationaux.

comédie française
  • Théâtre
  • À la maison

* La Comédie française lance une nouvelle émission en direct !

A l'heure où les livres sont "non essentiels" et les théâtres ferment, la Comédie française hisse les voiles vers le tout numérique. Du lundi au samedi, la Comédie d'automne présente en direct les diverses actualités, conseille sur les lectures de confinement et fait découvrir des créations scéniques en exclusivité.