Adobe
Adobe

L'exposition Monet, Renoir...Chagall aux Bassins de Lumières de Bordeaux

Bassins de Lumières
Du 1 juin 2021 au 2 janvier 2022

  • « Monet, Renoir... Chagall. Voyages en Méditerranée » - Simulation
  • « Monet, Renoir... Chagall. Voyages en Méditerranée » - Simulation
  • « Monet, Renoir... Chagall. Voyages en Méditerranée » - Simulation
  • Claude Monet, Antibes, 1888
  • Claude Monet, Femme à l'ombrelle tournée vers la droite, 1886
  • Claude Monet, Jardin à Bordighera, 1884
  • André Derain, L'Estaque, route tournante, 1906
  • Émile-Othon Friesz, Cassis ou Paysage idéal, 1910
  • Émile-Othon Friesz, Port de La Ciotat, 1908
  • Henri Manguin, Jeanne allongée sur un canapé, 1912
  • Henri Manguin, La pinède de Cavalière, 1906
  • Henri-Edmond Cross, Le Bois ou Nu sous bois, 1906-1907
  • Henri-Edmond Cross, Paysage côtier
  • Paul Signac, Au temps de l'harmonie, l'âge d'or n'est pas dans le passé, il est dans l'avenir
  • Paul Signac, Saint-Tropez, le quai, 1899
  • Pierre Bonnard, Femmes au jardin, 1891
  • Raoul Dufy, Baie des Anges, Nice, vers 1926
  • Raoul Dufy, Coucher de soleil
  • Raoul Dufy, Petite baigneuse à Sainte-Adresse, 1932-1933

 

19

Monet, Renoir, Pissarro, Matisse, Signac, Derain, Dufy et Chagall : les Bassins de Lumières nous invitent dans l’univers onirique des grands maîtres de l’impressionnisme et de la modernité. Au bord de ces quatre immenses bassins de cent dix mètres de long, métamorphosés le temps d’un rêve en rivages méditerranéens, les 12 000 m2 d’écrans ressuscitent la lumière franche et cristalline du Midi. Collioure, Saint-Tropez, la Baie des Anges, Antibes, la Provence, les pins dont les fronts au Caucase arrêtent les rayons du soleil et la houle miroitante de la mer s’évanouissant sur le sable s’animent sur ces murs immenses. Le piano de Luca Longobardi dans lequel résonnent les Gnossiennes d’Erik Satie accompagne cette danse fascinante. Aujourd’hui dispersées à travers le monde, ces cinq cents œuvres envahissent les Bassins de Lumières de leurs palettes éclatantes. En quarante minutes, les sept séances présentées nous entraînent dans leur chorégraphie envoûtante et frénétique pour nous transporter d’un monde à l’autre : l’impressionnisme de Monet et Renoir précède la peinture de Bonnard et Dufy et le divisionnisme de Cross et de Signac auxquels succèdent les contrastes féroces du fauvisme de Derain puis de Matisse pour s’achever dans la palette flamboyante de Chagall.

Focus sur… L’Estaque de Pierre-Auguste Renoir (1882)

  • Pierre Auguste Renoir, L'Estaque, 1882

 

1

En 1882, alors qu’il revient d’un séjour en Italie où il étudie particulièrement les fresques de Raphaël, Renoir passe par Marseille pour rendre visite à Cézanne. C’est alors qu’il découvre l’Estaque, ancien hameau isolé du nord-ouest de la Cité Phocéenne : « Que c’est beau, écrit-il, c’est certainement le plus beau pays du monde et pas encore habité ! ». C’est alors qu’il peint ce charmant paysage en appliquant ce qu’il a appris des grands maîtres du Quattrocento : il rehausse la lumière du tableau avec des touches plus légères, claires et chaudes tandis que sa palette s’adoucit. Grand voyageur, Renoir savait toutefois trouver ses sujets dans la joyeuse simplicité de ce qui l’entourait, comme l’explique son fils Jean, devenu grand cinéaste : « Il disait : ‘‘ Moi, vous savez, un pommier dans la cour de ma maison, ça me suffit très bien ! Et s'il n'y a pas de pommier, et bien trois pommes sur un plat me suffisent. Evidemment, si en plus de cela j'ai des êtres humains, c'est encore plus passionnant que des pommes ! ’’ ».

Le saviez-vous ?

Issu d’une famille modeste et fils d’un père tailleur et d’une mère couturière, Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) réussit à tout juste vingt-et-un ans le prestigieux concours d’entrée à l’École des Beaux-Arts de Paris où il rencontre Claude Monet, Frédéric Bazille et Alfred Sisley, avec qui il forme le groupe des premiers impressionnistes. En 1882, Renoir est déjà un peintre reconnu qui fréquente les grands collectionneurs, quoiqu’il ne prend aucun plaisir à fréquenter les cercles mondains qui sont son premier public. Sa réputation de rustre le précède, lui, qui met à mal les conventions bourgeoises qu’il exècre ; il épouse d’ailleurs Aline, la mère de ses trois fils, Pierre, Jean et Claude, seulement en 1890, bien après la naissance de son cadet.

BASSINS DE LUMIÈRES
Du 1er juin 2021 au 2 janvier 2022
Impasse Brown de Colstoun, 33300 Bordeaux



Adobe