Un Banksy brûlé et transformé en toile numérique

 

1

Incroyable mais vrai. Morons de Banksy (2006) a été détruit par le feu le 4 mars dernier en vue d’une vente de l’oeuvre sous sa forme numérique.

La crémation a été justifiée par l’augmentation de la valeur de la version digitale si l’oeuvre physique n’existe plus. Dans une vidéo diffusée le 4 mars 2021 sur Youtube, un homme brûle Morons, toile réalisée en 2006 par le plus célèbre street-artiste au monde, Banksy. Cet acte choquant pour les amateurs d’art a été orchestré en vue de la vente du pendant numérique de l’oeuvre. Une vente qui s’inscrit dans le nouvel engouement du marché pour le crypto-art : l’art digital. Achetée 95 000 dollars par l’entreprise Injective Protocol, la valeur de la toile en numérique   - proposée aux enchères sur le site Open Sea - a déjà atteint les 229 000 dollars.


Vous aimerez aussi…

Girl with baloon 1 © Banksy
  • Actu
  • Scandale

 Actu - Un Banksy s'autodétruit juste après sa vente

« Quel plaisir que de détruire pour recommencer » // « On dirait qu’on vient de se faire « bankser ». Cette réplique qui sonne comme une punchline d’une bonne série comique n’était autre que la…

Bansky
  • Actu
  • Scandale

Une œuvre de Banksy vendue sans son accord crée la polémique

"La Petite fille au hula-hoop" avait fait son apparition à Nottingham en octobre dernier, pour le plus grand bonheur des habitants. Mais les propriétaires de l'immeuble ont décidé de la vendre à une galerie londonienne pour une somme inconnue.

Huevos-Faberge
  • Actu
  • Scandale

Russie : de faux œufs Fabergé exposés au musée de l'Ermitage ?

Nouvelle polémique en Russie : un marchand d'art londonien a pointé du doigt une exposition du musée de l'Ermitage qui présenterait de nombreuses contre-façons du maître joaillier Fabergé, connu pour ses oeufs inestimables.

statuettes igbo
  • Actu
  • Scandale

Une vente de statuettes nigérianes fait polémique, ravivant le débat sur la restitution des oeuvres à leur pays d'origine

Le débat sur la restitution des oeuvres continue à faire rage : une commission nationale nigériane a demandé la suspension d'une vente de statuettes à Paris au sein de la société Christie's, qui auraient été dérobées pendant la guerre civile du Biafra (1967-1970), selon elle, en exigeant des compensations. Mais Christie's a rejeté, fin juin, cette requête, arguant que les objets de la vente ont été obtenus de manière légale.