Cité du Vin
Cité du Vin

Les chefs-d'oeuvre de lumière de Pierre Soulages exposés à l'Opera Gallery : une expérience au présent

Opera Gallery
Du 8 mai au 12 juin 2021

C’est une première. Opera Gallery accueille dans sa somptueuse galerie parisienne une exposition d’envergure internationale, dédiée au plus célèbre artiste contemporain français au monde, Pierre Soulages. Nous nous souvenons évidemment de l’inoubliable rétrospective que lui avait consacré le Centre Georges Pompidou en 2009, puis de l’hommage historique du Louvre 10 ans plus tard pour fêter le centième anniversaire de l’artiste. Opera Gallery nous promet ici plus qu’une exposition, une véritable expérience, dans un vaste espace de plus de 1000 m² baigné de lumière, permettant de s’approcher à fleur de toile, de sentir le geste de l’artiste, précis et irrégulier à la fois, de prendre du recul, tourner autour des œuvres et sentir la matière vibrer. Les toiles, magnifiquement orchestrées, semblent flotter dans l’espace immaculé de la galerie, dans une scénographie épurée qui les laisse évoluer au fil des heures de la journée. Une citation de Pierre Soulages apposée sur les murs de la galerie nous rappelle qu’à l’origine, tout part d’un accident de peinture, des couches de noirs superposées à l’excès et qui finiront par recouvrir l’intégralité de la toile. Hasard ou intuition ? La toile centrale de l’exposition autour de laquelle gravitent douze outrenoirs significatifs nous interpelle. Datée de 1974, elle porte déjà en elle les prémices de ce qui viendra bouleverser l’histoire de la peinture, quelque 5 années plus tard. Une toile impressionnante accueillie dans un écrin de bois réalisé sur mesure pour l’événement par un maître encadreur, créant un écho vibrant entre les veines du bois et la chair de la toile. Puis la démarche de l’artiste se radicalise. Pierre Soulages devient le Maître de l’Outrenoir, une toute nouvelle façon de concevoir la peinture, par-delà la couleur. Le peintre s’affirme comme un véritable sculpteur de lumière comme ici avec ce polyptique monumental de plus de 3 mètres de haut déclinant les nuances d’un noir ivoire dans une infinité de variations. Un chef-d’œuvre qui impose son rythme au regardeur. Prendre le temps de s’asseoir face aux toiles pour les observer vivre, ressentir ce qu’elles semblent nous murmurer. Une seule et même histoire, qui se raconte au présent, faisant dialoguer ses papiers au brou de noix et ses peintures iconiques dans une subtile harmonie. L’idée d’une renaissance permanente et sans limite, déclinant le noir sur papier ou sur toile, jouant sur les palettes des matières, travaillant à la brosse, à la lame, au racloir, dans une infinité de nuances, osant des bruns d’or, des rouges terreux, des respirations de blancs et même des tonalités azur. Comme ici avec cette toile élancée qui semble relier le ciel, la mer et le vent dans ses courbes confondant les pigments du bleu outremer avec ceux d’un noir intense et profond. Certaines toiles ont été réalisées par l’artiste l’année de son centenaire, bouleversantes tant elles nous rappellent que la quête de l’artiste est finalement de célébrer chaque nuance de la vie, sans jamais la réduire ni à sa noirceur ni à sa première apparence. L’exposition réussit sa promesse, celle d’une invitation à expérimenter le présent, à regarder autrement, à voir dans le noir ce que personne ne voit : la lumière qui jaillit de l’obscurité la plus totale.

  • Pierre Soulages, Peinture, 1974
  • Pierre Soulages, Peinture, 2005

 

2

C’est un événement immanquable. Pierre Soulages est à l’honneur d’une exposition d’envergure qui se déploie sur les 1000 m² de l’illustre galerie parisienne. Figure majeure de la peinture non figurative, le « peintre du noir et de la lumière » a profondément bouleversé le langage pictural, en proposant un nouveau regard sur la peinture dans une oeuvre radicale qui se joue des frontières, pour aller au-delà de la couleur. Loin de nous proposer une rétrospective chronologique classique, l’exposition invite le public à une véritable expérience autour de toiles vibrantes dont le noir se fond en une infinité de nuances sublimées par les variations subtiles de la lumière. Du noir gris au noir profond, des textures lisses aux textures fibreuses, des atmosphères calmes aux ambiances agitées, son oeuvre est un étonnement permanent qui se conjugue au présent. Douze chefs-d’oeuvre exceptionnels s’offrent au regard des visiteurs, comme cette toile de 1974, réalisée 5 ans avant que Soulages ne formule le néologisme de l’Outrenoir, et qui préfigure déjà les visions d’un peintre sculpteur de lumière.



Cité du Vin