Des tapisseries de Raphaël menacées par… des pigeons !

  • Les coupables

 

1

Le genre d'info qui risque de ne pas faire roucouler longtemps le Vatican. Prêtées par la Maison pontificale au Palais Royal de Madrid, ces tapisseries d'une valeur inestimable sont prises d'assaut par des pigeons espagnols. On vous explique tout ! 

A l'occasion du 500e anniversaire de la mort de Raphaël, neuf de ses tapisseries sont actuellement exposées dans la grande galerie du Palais Royal. Des trésors cousus de fil d'or conservés jusqu'alors dans un état quasi vierge, qui constituent le dernier grand projet du peintre de la Renaissance. Mais des visiteurs se sont étonnés de la présence de volatiles dans l’espace d’exposition, parfois même perchés sur les œuvres ! « Sur l’une de nos images, un pigeon prend la pose au-dessus de La Guérison du Boiteux » s'affole un média espagnol. Ces intrusions ont eu lieu suite à l’ouverture des fenêtres de la galerie qui avait besoin d’être aérée.

  • Exposition Raphaël au Palais Royal de Madrid
  • La pêche miraculeuse, milieu du XVIe s., tapisserie
  • Saint Paul et saint Barnabé à Lystra, milieu du XVIe s., tapisserie
  • La Guérison du boiteux, milieu du XVIe s., tapisserie

 

4

Dessinées par le maître italien et élaborées par les plus grands artisans flamands du XVIe siècle, ces œuvres d'art se destinaient à orner la Chapelle Sixtine, avant de trouver protection dans les soubassements des musées du Vatican. L'on retrouve d'importantes scènes de la Bible, telle la Pêche miraculeuse ou la Guérison du boiteux. Leur état de conservation exceptionnel s'explique par le tissage à la bruxelloise de l'époque, utilisant des fibres résistantes et des teintures naturelles de haute qualité, tandis que l’absence de fils métalliques a empêché l’oxydation et la corrosion.

Le fin mot de l'histoire

Le Patrimonio Nacional, l’organisme qui gère la conservation des Monuments historiques espagnols, a finalement indiqué qu’aucune œuvre n’avait été dégradée et que les oiseaux seraient désormais maintenus à l’écart grâce à un système d’ultrasons. Pas de quoi se prendre le bec, donc !