Musée des Impressionnismes Giverny
Musée des Impressionnismes Giverny

"Picasso l'étranger", une nouvelle facette du Minotaure exposée au musée de l'immigration

Musée national de l'histoire de l'immigration
Jusqu'au 13 février 2022

  • Pablo Picasso, Coq tricolore à la croix de Lorraine, 1945
  • Pablo Picasso, Chat saisissant un oiseau, 22 avril 1939
  •  Pablo Picasso, Femme qui pleure, 18 octobre 1937
  • Picasso Pablo, Minotaure aveugle devant la mer, conduit par une petite fille, (1881-1973)
  • Pablo Picasso et Marie Cuttoli, Le Minotaure (tapisserie), 1935
  • Anonyme. Service des étrangers de la préfecture de Police de Paris. Années 1930
  • Lettre envoyée au Garde des sceaux pour une demande de naturalisation, comprenant la signature de 1940.
  • Récépissé de demande de carte d’identité datant de 1935
  • Pablo Picasso, Empreinte (au sucre) de la main de Picasso. Début juin 1936
  • Pablo Picasso, L'Homme au mouton (don à la ville de Vallauris), 1943
  • Pablo Picasso, Tête de femme, 1929-1930
  • Pablo Picasso, La Lecture de la Lettre, 1921
  • Pablo Picasso, Un Homme à la mandoline. Automne 1911
  • Pablo Picasso et Carlos Casagemas, Lettres aux Reventos. 25 octobre 1900
  • Georges de Zayas, Portrait de Picasso dans l'atelier de la rue Schoelcher, Paris, vers 1915-1916

 

15

Si le mythe du Minotaure nous semble familier, nous omettons souvent à tort le labyrinthe dont il était prisonnier. La vie de Picasso n’a pas toujours été celle qu’on nous apprend dans les manuels scolaires. Anarchiste surveillé, réfugié politique espagnol, communiste engagé… le plus grand artiste du XXe siècle, devenu fierté nationale, a longtemps été considéré comme la bête noire de nos autorités. Le Musée national de l’Immigration, porte-voix des minorités, prend le pari risqué de rétablir une vérité peu glorieuse, celle du rejet auquel Picasso a fait face toute sa vie durant. Qui aurait pu imaginer que Picasso fut l’objet de rapports émis par les renseignements français pendant près de 50 ans ? Qu’il se vît refuser, alors que son succès touchait déjà des sommets, la naturalisation française en 1940 ? Le « mythe » Picasso, qui a été sujet à tant d’expositions thématiques et rétrospectives, voit sa vie abordée sous un angle résolument inédit, en prenant comme point de départ celui du regard d’un simple étranger qui arrive dans un pays dont il ne parle pas la langue et dans lequel il doit reconstruire tous ses repères. Ce parcours semé d’embûches que les documents d’archives – dont les documents secrets de la Préfecture de Police – attestent avec force, est ponctué par les œuvres majeures ou méconnues de l’artiste, qui prennent un tout nouveau relief à la lumière de ce récit. Picasso, âme en peine, taira sa souffrance toute sa vie. Aujourd’hui, ses œuvres sont invitées à témoigner pour lui.

Focus sur...

L’Homme au Mouton
Cette statue constitue une rareté dans l’œuvre de Picasso, qui se compose de très peu de personnages masculins et encore moins symboliques, et la jugeant lui-même comme une pièce maîtresse de son œuvre. Même si l’auteur réfute toute interprétation au-delà du simple sentiment humain, jurant qu’il aurait pu remplacer « le
mouton par un porc », le thème pourrait renvoyer au mythe païen de l’Hermès criophore ou au thème chrétien du « bon pasteur ». L’un comme l’autre, il s’agit d’égarement et de recherche…



Musée des Impressionnismes Giverny