Domaine de Chaumont-sur-Loire
Domaine de Chaumont-sur-Loire

Exposition Frida Kahlo au Palais Galliera en vidéo, l'artiste mexicaine au-delà des apparences

Palais Galliera
Jusqu'au 5 mars 2023

Le Palais Galliera nous invite à pénétrer dans l’intimité d’une légende, à pousser les portes de l’antichambre de la création pour percer les mystères d’une artiste insondable, hantée par son propre reflet. Frida Kahlo fait partie de ces rares personnages à avoir autant marqué les mémoires par leur simple apparence. De grands yeux noirs, des sourcils épais, un visage fier, les cheveux tirés en arrière et une couronne de fleurs. Grâce à ses nombreux autoportraits, l’artiste a laissé une empreinte indélébile dans l’Histoire de l’art, figeant pour l’éternité les traits d’une personnalité rebelle, libre et révoltée. Mais au-delà de son visage, Frida Kahlo a aussi imposé un style, une silhouette savamment étudiée pour cacher les séquelles dues à un terrible accident de bus survenu à l’âge de 18 ans, écrivant ainsi son propre manifeste, et faisant d’elle-même une véritable œuvre d’art. Pour la première fois en France, plus de 200 objets issus de la Casa Azul à Mexico sont exposés ici, dans un parcours brossant le portrait d’une femme révolutionnaire qui sut s’élever toute seule au rang d’icône, engagée pour la cause féministe, assumant son rapport au handicap, glorifiant son identité mexicaine, à travers ses costumes, ses robes traditionnelles, ses colliers précolombiens ou ses corsets et prothèses peints à la main. Des pièces rares et précieuses qui nous offrent un éclairage nouveau sur une âme blessée qui cachait la malformation de sa jambe droite sous de longues jupes mais qui osait montrer en peinture ses cicatrices les plus profondes. L’exposition nous révèle des créations haute-couture impressionnantes, inspirées de la vie et de l’œuvre de cette femme hors-norme, signées des plus grands couturiers, qui réinterprètent dans leurs créations cette silhouette féminine hybride, reconnaissable entre toutes, de Jean Paul Gaultier à Maria Grazia Chiuri pour Dior, d’Alexander McQueen à Karl Lagerfeld pour Chanel… Le corset se fait glamour et étincelant, comme une pièce incontournable du vestiaire féminin, les motifs fleurissent en assumant leurs couleurs, les robes s’allongent à l’infini… Un défilé haut en émotion pour cette enfant au destin tragique, malmenée par la vie, qui devra s’inventer une amie imaginaire pour combler son isolement… aujourd’hui auréolée d’une exposition magistrale où la solitude n’est plus de mise.

  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition
  • Vue de l'exposition

 

14

De grands yeux noirs, des sourcils épais, un visage fier, les cheveux tirés en arrière et une couronne de fleurs. Rares sont les artistes à avoir autant marqué les mémoires par leur simple apparence. La grande Frida Kahlo fait partie de ceux-là. Grâce à ses nombreux autoportraits, l’artiste mexicaine a laissé une empreinte indélébile dans l’Histoire de l’art, figeant pour l’éternité les traits d’une personnalité rebelle, libre et révoltée. Mais pouvons-nous seulement résumer l’épouse de Diego Rivera à son œuvre ou à son visage ? À l’évidence, non ! Car Frida Kahlo, c’est aussi un style, symbole de son attachement à la culture mexicaine, et une silhouette savamment étudiée pour cacher les séquelles dues à un terrible accident survenu à l’âge de 18 ans. Bousculée par la vie, l’artiste a rapidement fait d’elle une œuvre d’art, affirmant sa mexicanité et exprimant son expérience du genre et du handicap à travers ses costumes, ses robes traditionnelles, ses colliers précolombiens ou ses corsets peints à la main. Conscient du pouvoir exercé par Frida Kahlo sur l’univers de la mode, le Palais Galliera nous invite aujourd’hui à pénétrer dans l’intimité d’une légende, à pousser les portes de l’antichambre de la création pour percer les mystères d’une artiste insondable, hantée par son propre reflet. À travers la présentation inédite de plus de 200 objets, tous issus de la Casa Azul, l’institution parisienne revient sur la manière dont l’artiste a façonné son image dans la douleur, transformant ses souffrances et ses histoires d’amour ratées en intenses œuvres d’art. Dans un parcours à la fois biographique et thématique, l’exposition nous emmène ainsi au-delà des apparences, brossant le portrait d’une femme révolutionnaire qui sut s’élever toute seule au rang d’icône. Tout un symbole pour cette âme blessée qui cachait la malformation de sa jambe droite sous de longues jupes mais qui osait montrer en peinture ses cicatrices les plus profondes.

  • Frida Kahlo, The Frame, 1938
  • Frida Kahlo par Toni Frissell, Vogue US 1937
  •  Frida Kahlo par Antonio Kahlo, 1946
  • Vernis à ongles Revlon, avant 1954
  • Bottines customisées en satin
  •  Bracelet en argent et améthystes, 1940s
  • Collier en pierres de jade précolombiennes assemblées par Frida Kahlo
  •  Prothèse de jambe avec botte en cuir et soie brodée de motifs chinois
  • Corset en plâtre peint par Frida Kahlo
  • Huipil en coton brodé, jupe en coton imprimé, galon, volant de dentelle
  •  Châle, huipil en cot on, jupe en soie brodée de motifs floraux en velours
  • Frida Kahlo par Dora Maar, 1934
  •  Flacon pour Lotion Chanel n°5
  •  Frida Kahlo révélant son corset peint sous son huipil par Florence Arquin, vers 1951
  •  Manteau en coton guatemalais, huipil Mazatec brodé à la main et rubans de satin

 

15
Le saviez-vous ?
Maladies infantiles, accidents, fausses couches… La douleur semble inhérente à la vie de Frida Kahlo qui endura, au cours de sa vie, plus d’une trentaine d’opérations. L’artiste mexicaine, morte à l’âge de 47 ans, demanda à être incinérée, expliquant qu’elle ne souhaitait pas être enterrée couchée, ayant trop souffert dans cette position. Ses cendres reposent aujourd’hui dans sa maison natale, sur son lit, dans une urne ayant la forme de son visage.

Vous aimerez aussi…

Exposition Gérard Garouste, Centre Pompidou, Vue de l'exposition (23)
  • Vidéo
  • Contemporain

 Exposition Gérard Garouste au Centre Pompidou en vidéo : le trublion de l'art mis à l'honneur dans une malicieuse rétrospective

Centre Pompidou
Jusqu'au 2 janvier 2023

Le Centre Pompidou consacre une éclatante exposition à Gérard Garouste, le peintre français figuratif résolument intranquille.

Vue de l'exposition Füssli au Musée Jacquemart-André (21)
  • Vidéo
  • Incontournable

 Exposition Füssli en vidéo au musée Jacquemart-André, le maître du sublime dans une somptueuse rétrospective

Musée Jacquemart-André
Jusqu'au 23 janvier 2023

Le musée Jacquemart-André vous invite dans l'univers de Johann Heinrich Füssli lors d'une exposition mémorable entre poésie et cauchemar.

Exposition de la dation de Maya Ruis Picasso au Musée Picasso
  • Incontournable
  • Classique

Exposition Maya Ruiz-Picasso : le père et sa fille investissent le Musée National Picasso Paris

Musée Picasso
Jusqu'au 31 décembre 2022

Le Musée Picasso s'enrichit et expose les chefs-d’œuvre de la collection de Maya Ruiz Picasso. La dation de la fille de l'artiste, forte de 9 œuvres, complètera désormais la collection du Musée, avec une deuxième exposition à l'étage qui, elle, dépeint la relation de l'artiste avec sa fille.

Exposition Françoise Pétrovitch à la BNF (1)
  • Incontournable

Exposition Françoise Pétrovicth à la BnF : je dors donc je suis

Bibliothèque Nationale de France
Du 18 octobre 2022 au 29 janvier 2023

Pour sa dernière exposition, la BnF se glisse “Derrière les paupières” d’une figure montante de l’art contemporain, Françoise Pétrovitch.


Domaine de Chaumont-sur-Loire