C’est une chanson qui nous ressemble : la première exposition de la Cité internationale de la langue française

Cité internationale de la langue française
Jusqu'au 5 janvier 2024

 

6

La langue française ne serait-elle plus l’apanage de Molière ? Et si, plutôt que d’écrire, nous nous mettions plutôt à chanter ! La Cité internationale de la langue française décide de faire bouger les lignes, nous propulsant dans une autre histoire du français et de la France, qui s’exporte aujourd’hui… en chanson. De la douceur des mots d'amour à la force des cris de révolte, de l’esprit bohème des poètes à l’élégance des académiciens, cette exposition nous propulse, en musique, dans les plus grands titres de l’histoire, réveillant nos souvenirs oubliés, mêlant les tubes d’hier aux hits d’aujourd’hui dans une joyeuse partition. Ici les costumes de scène de Juliette Gréco donnent la réplique aux disques d’or et de platine d’Aya Nakamura, « la Vie en Rose » d’Edith Piaf se fait l’écho du « Je t’aime moi non plus » de Serge Gainsbourg. Nous retombons sous le charme irrésistible des mots, des mélodies et des voix qui les portent depuis toujours. Des ponts de Paris aux ruelles de Montréal, des plages de Dakar aux cafés de Hanoï, la chanson francophone résonne et inspire, conquérant les cœurs à travers le monde en partageant un message universel d'humanité et de rêve. Oui, c’est une chanson qui nous ressemble.

Sur près de 400m², cinq ambiances singulières nous mènent du prestigieux cabaret français à la liberté de la rue, du romantique music-hall au club branché en passant par la joie du dancing. Nous voguons de mélodies en mélodies, heureux que ces trésors de créativité atteignent le monde entier : après tout, la musique, ça se partage.

Le parcours débute dans l'univers élégant et sophistiqué des cabarets, où l'on peut admirer les robes de scène de Juliette Gréco, fournies par les grands couturiers comme Balmain et Dior. Ces costumes, témoins d'une époque où la chanson française rayonnait dans les clubs et les théâtres, nous rappellent que la musique est aussi un art visuel. Aya Nakamura, avec ses disques d’or et de platine exposés, représente la continuité de cette tradition d’élégance et de succès international.

La salle dédiée à la rue explore un aspect plus militant de la chanson française. Ici, les chants de révolte et de résistance trouvent leur place. De "La Marseillaise", chant révolutionnaire par excellence, à "Le Déserteur" de Boris Vian, chaque chanson raconte une histoire de lutte et de quête de liberté. Joséphine Baker, artiste et résistante, est également mise à l’honneur pour son engagement passionné, aussi bien sur scène que dans la vie.

Le music-hall est une autre facette fascinante de la chanson française, avec ses grands noms et ses moments inoubliables. Céline Dion, avec son album "D'eux", écrit par Jean-Jacques Goldman, est un exemple éclatant de la portée mondiale de la chanson française. Les mains moulées d’Édith Piaf, exposées dans cette salle, symbolisent à la fois la tragédie personnelle et l’universalité de son art.

Le club met en lumière des artistes avant-gardistes comme Françoise Hardy, icône du "swinging London" des années 1960, et le groupe des Négresses Vertes, pionnier du post-punk. Ces artistes ont su incarner une certaine idée de la modernité française, séduisant les publics du monde entier avec leurs styles audacieux et leurs sons novateurs.

Enfin, la salle du dancing célèbre l'hédonisme et la joie de vivre que la chanson française sait si bien exprimer. Du zouk de Kassav’ à "Je t'aime moi non plus" de Serge Gainsbourg et Jane Birkin, cette section explore comment la musique francophone fait danser le monde entier. La célèbre guitare en forme de continent africain de Jacob Desvarieux, l'un des fondateurs de Kassav’, est un des objets phares de cette section, symbolisant l'impact global de la musique créole.

Le Saviez-vous ? Le château de Villers-Cotterêts, véritable joyau de la Renaissance construit en 1532 par François Ier, est célèbre pour l'Ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539, qui a instauré le français comme langue officielle des actes administratifs et juridiques en France. 

Un château qui n’a pas toujours été si sage… La légende raconte que le Roi le surnommait « Mon Plaisir » en écho aux fêtes royales les plus folles qu’il y organisait.

Je réserve mon billet

CITÉ INTERNATIONALE DE LA LANGUE FRANÇAISE - CHÂTEAU DE VILLERS-COTTERÊTS 
Du 19 juin au 5 janvier 2025
1 pl. Aristide Briand, 02600 Villers-Cotterêts

 

 

 


Vous aimerez aussi…

exposition pierre et gilles, galerie templon (2)
  • Contemporain
  • Insolite

Exposition Pierre et Gilles à la Galerie Templon !

Galerie Templon
Du 3 septembre au 19 octobre 2024

Pour cette exposition électrisante, le célèbre duo nous convie à une soirée décalée, mêlant l’euphorie des paradis artificiels à la nostalgie des années Palace.

© Cyrille Beudot
  • Découverte
  • En famille

 Regalia, le spectacle estival à la Cathédrale de Reims

Cathédrale de Reims
Jusqu'au 29 septembre 2024

À Reims, le spectacle Regalia invite les spectateurs à une immersion totale au cœur de l'histoire de France, jusqu’au dimanche 29 septembre 2024.

Jardin des Arts 2024, une œuvre de Philippe LERAY (18 La Ville Pierre
22100 Quévert philippeleray-sculpteur@gmail.com 06 75 38 92 85)22100 Quévert philippeleray-sculpteur@gmail.com 06 75 38 92 85)
  • Découverte
  • Insolite

Le Jardin des Arts est de retour au Parc d'Ar Milin' !

Parc d'Ar Milin'
Jusqu’au 15 septembre 2024

Apprêtez-vous à vivre une expérience monumentale dans ces jardins somptueux du parc d'Arc Milin', pour le rendez-vous incontournable du Jardin des Arts !

exposition inside out stefan bruggemann, venet fondation brug01_bruggemann_inside_out_vf_2024-photo_jerome_cavaliere_DSC_2893-HDR
  • Contemporain
  • Découverte

Exposition Inside out de Stefan Brüggemann à la Venet Foundation

Venet Foundation
Jusqu’au 28 septembre 2024

Stefan Brüggemann s’empare des espaces de la Venet Foundation pour transformer les lieux en une sculpture vivante dans une exposition intitulée Inside out.