fbpx
La Dame de chez Maxim
La Dame de chez Maxim

Pissarro retrouvé

Camille Pissarro -
La Cueillette des Pois, 1887 //

Après 50 ans de course poursuite infructueuse, La Cueillette des Pois refait subitement surface ! Retour sur l’incroyable destin d’une peinture devenue la star de l’exposition Camille Pissarro. Cette toile faisait partie de la précieuse collection de Simon Bauer, un chef d'entreprise français dont la vie a des allures de roman d'aventure. De groom dans un grand magasin, il devient chef d’entreprise réputé, revend son affaire et se consacre à l’art et la culture. Tout cela à 40 ans. Dès les années 1900, il parcourt le monde à la recherche de la perle rare et se constitue une précieuse collection de chefs-d’œuvre. Et dans les 93 toiles qu’il a amassées se trouve la fameuse Cueillette des Pois de Pissarro. Jusque-là tout va bien pour Simon Bauer. Mais dans les années 1940, il subira avec la majorité de la communauté juive, l’atrocité de la Shoah. Il est amené à Drancy en 1944 et évite de justesse la déportation et l’extermination grâce à… une grève de cheminots ! A son retour, une autre épreuve l’attendait. En 1943, toute sa collection avait été spoliée. Ses 93 pièces ont été confisquées et vendues par un marchand désigné par le commissariat aux questions juives, appliquant la politique de discrimination du régime de Vichy. Plus aucune trace de notre Pissarro ! Simon Bauer meurt avant d’avoir pu retrouver toutes ses toiles, La Cueillette incluse. C’est à ses descendants que cette tâche a donc été dévolue.

Pourtant, depuis février 2017, la toile, prêtée par un couple d’américains, est tranquillement installée sur les murs du Musée Marmottan Monet comme si de rien n’était. Cinq mois après l’ouverture de l’exposition, Jean-Jacques Bauer, petit-fils de Simon, reconnaît la toile et se précipite devant la justice pour en demander la mise en séquestre le temps de prouver que celle-ci leur appartient bien. Évidemment les Toll, propriétaires actuels de celle-ci, ont refusé, invoquant leur bonne foi et leur ignorance quant à la triste histoire de cette peinture.

Pour l’instant, la Cueillette des Pois reste à Paris, venez vite l’admirer en attendant la décision finale du Tribunal de Grande Instance. Peinte en 1887, cette gouache est parfaitement représentative de l’art de Pissarro. Y figurent des paysans au travail, thème cher au peintre, entourés d’un paysage foisonnant témoignant de la vision idéalisée que Pissarro avait de la vie à la campagne. L’anonymat des visages nous permet de nous projeter dans la toile et de percevoir pleinement les impressions et les sensations qui se dégagent de ce lieu. C’est d’ailleurs le mot d’ordre de l’impressionnisme, auquel l’œuvre reste fidèle : le paysage est baigné d’une lumière du soir éclairant les personnages de manière très poétique, la palette de couleur est d’une richesse incroyable et les traits sont brouillés pour que les perceptions priment sur le sujet. Face à cette véritable utopie qu’a créée l’artiste, il est bien ironique de penser à l’épopée qu’a réellement vécue le tableau !

>> Connaître le dénouement de l'affaire

Visible au Musée Marmottan Monet
Jusqu’au 16 juillet 2017

>> En savoir plus sur l'exposition 

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Vous aimerez aussi…

guernica-picasso-820x300

Les 10 choses à savoir sur Guernica

Pablo Picasso -  Guernica, 1937 // Bien que vous ne puissiez pas admirer Guernica au cours de l’exposition, il est essentiel d’en connaître l’histoire pour mesurer toute la richesse du…

Van Gogh, Autoportrait, 1937

Van Gogh par Van Gogh

Van Gogh -  Autoportrait, 1937 //  Depuis la Révolution française jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, c’est plus d’un millier d’artistes hollandais qui se rendent à Paris, attirés…

Auguste Rodin, bacchantes s'enlaçant, musée marmottan monet détail

Les Bacchantes, femmes ou diablesses ?

Auguste Rodin - Bacchantes s'enlaçant, avant 1896 // La magnifique collection de Monet est un paradis de l’art classique. Elle dresse un panorama merveilleux des achats et cadeaux les plus précieux…

Anders Zorn, Le Buisson d'épines, 1886 - Exposition Anders Zorn au Petit Palais

Amarrage en rivages boisés

Anders Zorn -  Le Buisson d'épines (1886) //  Connu pour ses grandes aquarelles dans lesquelles il excelle à rendre le mouvement perpétuel des flots - « à mettre les vagues et les clapotis en…


La Dame de chez Maxim