Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

Martin Margiela

Du 3 mars au 15 juillet 2018 -
Palais Galliera //

  • Martin Margiela, Pull et jean de poupée 1999
  • Martin Margiela, Pull de poupée 1994
  • Martin Margiela, Poster de veste 2009
  • Martin Margiela, Manches Gants 1994
  • Martin Margiela, Manches 1990-1991
  • Martin Margiela, Lunettes Incognito 2008
  • Martin Margiela, Jupe-tablier 1992
  • Martin Margiela, Haut perruques rétournées 2005
  • Martin Margiela, rande cape 1991
  • Martin Margiela, Gilet porcelaine 1989-1990
  • Martin Margiela, Gilet en affiches publicitaires 1990
  • Martin Margiela, Faux ongles 1989-1990
  • Martin Margiela, pauletttes 1990
  • Martin Margiela, Echantillon drapé 1990
  • Martin Margiela, Col de chemise 2003
  • Martin Margiela, Bottines tabi taguées 1991

 

Le patron du patron

La mode, la mode, la mode… Martin Margiela en connaît un rayon, mais n’en fait qu’à sa tête. Roi du vêtement conceptuel, à soixante ans à peine il catalogue déjà trente ans de créations. Au fil des saisons (au sens mode du terme) son style se forge, s’affirme et s’épure - étonnamment - à la fois. De 1989, après sa collaboration avec Jean-Paul Gaultier, à 2009 ; vingt ans d’art porté et son évolution magnifique. Ce diplômé des Beaux-Arts d’Anvers se joue des classiques du milieu en adoptant une approche structurée/déstructurée. Son esthétique, reconnaissable entre mille redonne ses lettres de noblesse au métier indispensable à la mode qu’est la couture. L’artisanat est mis en lumière dans presque chaque pièce. Envers dessus, doublure sublime, la logique est inversée, mais après tout, la mode est un art et l’art ne suit aucune règle ! Margiela appréhende la construction d’un vêtement par sa déconstruction. On décèle facilement les étapes techniques de fabrication du vêtement : pinces, épaulettes non couvertes, traits de patrons, fils de bâti, tout l’attirail du parfait couturier devient élément à part entière de la pièce finale. L’esprit Margiela allie traditions de l’artisanat et modernité exacerbée. De cet assemblage surprenant, naissent des collections d’anthologie. Comme la série Artisanale, qui se compose uniquement de pièces créées à partir de vêtements vintage et/ou d’objets de récupération. Le Palais Galliera offre une scène inhabituellement chic au travail de Margiela, qui, plein de subversivité, préfère organiser ses défilés dans des parkings, des stations de métro abandonnées ou encore des terrains vagues. De pied de nez en pied de nez, cette rétrospective raconte en 100 silhouettes l’histoire d’un talent singulier, qui n’a pas fini de nous étonner.

> On a vu, on vous raconte : l'exposition Margiela/Galliera au Palais Galliera

Martin Margiela is one of the most famous current fashion designers. His style pays tribute to the craft industry.



Requiem pour les Barthélemy