fbpx
Mémoire de l'oubli
Mémoire de l'oubli

U.A.M. - Une aventure moderne

Du 30 mai au 27 août 2018 -
Centre Pompidou //

  • Djo-Bourgeois, Living-room avec cheminée, publié dans Répertoire du goût moderne, vol. 1, Paris
  • Eileen Gray et Jean Badovici Villa, 1926-1929
  • Fernand Léger, Le Passage à niveau, 1912
  • Francis Jourdain Living room publié dnas Répertoire du goût moderne, 1928
  • Gabriel Guévrékian Jardin de la villa Noailles, 1926-1928
  • Gustave Miklos, Oiseau, 1929
  • Jan et Joël Martel, Trinité, 1929
  • Paravent Lurçat en cours de restauration
  • Jean Prouvé, chaise inclinable, 1924
  • Jean Puiforcat, Soupière, 1937
  • Le Corbusier, Pierre Jeanneret, Charlotte Perriand, stand Equipement intérieur d'une habitation, Salon d'automne, Paris, 1929
  • Pierre Legrain, reliure pour Paul Morand
  • Robert Delaunay, Felix Aublet, Etude de mise en lumière, vue nocturne, pour le pavillon de l’Aéronautique
  • Robert Mallet-Stevens, Hall, publiée dans Une ambassade française, Paris
  • Roger Parry Sans titre, vers 1929

 

U.A.M… Derrière ces mystérieuses initiales se rassemble en 1929, l’Union des Artistes Modernes, qui compte dans ses rangs, décorateurs, architectes et artistes s’accordant sur de nouveaux principes esthétiques. Dénigrés par la Société des Artistes Décorateurs, Francis Jourdain, Fernand Léger, Sonia Delaunay ou encore Le Corbusier, organisent ainsi leur propre salon à quatre reprises, traduisant leur engagement dans l’amélioration du cadre de vie. Les différents travaux, projets, meubles et objets de design exposés retracent l’histoire de ce groupe partageant un même idéal artistique : la création fonctionnelle. Leur but ? L’économie de moyens pour permettre son accès au plus grand nombre. Et c’est au cœur de la maison que cette nouvelle forme de création peut s’exprimer à son paroxysme. De l’architecture à la décoration, elle devient un lieu d’expérimentations mêlant art et quotidien. Bercé dans l’Art total – l’union des arts dans une même œuvre – et dans le rejet des arabesques de l’Art Nouveau, le groupe simplifie le décor et n’organise l’espace que par jeux de couleurs, codifiant ainsi l’intérieur. S’il est toujours délicat de traduire en une exposition la dimension architecturale, l’accrochage a le mérite d’illustrer les valeurs de ce mouvement d’opposition et de rappeler que l’art peut se confondre avec combat social. Ici, le slogan « simplicité et efficacité » résonne, et les Formes utiles sont le corps du programme.

A great exhibition about the Union des Artistes Modernes (UAM) which was the embodiment of 20th-century French modernism.

  • Partagez sur facebook
  • Partagez sur twitter
  • Partagez sur google-plus

Mémoire de l'oubli