Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

68, les archives du pouvoir

Du 3 mai au 21 septembre 2018 - Archives nationales //

  • Casque de CRS sans visière pendant les événements de 1968.
  • Note de la préfecture de police de Paris annotée par la Direction centrale des Renseignements généraux du ministère de l’Intérieur sur l’agitation grandissante des étudiants de Nanterre, 13 février 1968.
  • Télégramme du préfet du Gard en priorité absolue rendant compte du débrayage des ateliers SNCF de Courbessac, 17 mai 1968.
  • Discours manuscrit de l’allocution radiodiffusée du général de Gaulle du 30 mai.
  • « ORTF libre » affiche appelant à la liberté de l’information ORTF, non datées.
  • « La police vous parle tous les soirs à 20h », affiche de l’atelier populaire de l’ex-École supérieure des Beaux-Arts sur l’ORTF, 1968.
  • Archives de la Cour de sûreté de l’État : affiche représentant le général de Gaulle, bras levé, saisie.
  • Exemple de sceau porté sur les scellés de la Cour de sûreté de l’État.
  • Album photographique offert au recteur Roche sur les dégâts réalisés dans les appartements du recteur à la Sorbonne ; portrait peint par Philippe de Champaigne du cardinal de Richelieu tagué par les étudiants, mai 1968.
  • Fiches de « conflits du travail » de la direction du Travail relatives à l’usine de Sud-Aviation (Bouguenais, près de Nantes), 2-14 mai 1968.
  • Agenda du Général de Gaulle pour la semaine du 6 au 12 mai 1968.
  • Affiche appelant à la mobilisation contre la réforme de l’uni-versité (66 x 50 cm).
  • Cour de sûreté de l’État, scellé de documents saisis le 11 juillet 1968.
  • Affiche appelant à la mobilisation contre le référendum proposé par le Président de la République (67 X 51 cm).

 

Rares sont les occasions de voir l’État mis à nu. C’est donc l’occasion rêvée pour découvrir le point de vue d’un acteur que l’on ne connaît souvent qu’à travers le regard de la contestation de l’époque, comme une forme autoritaire de pouvoir régissant des institutions anciennes et plus adaptées. Jusqu’à présent protégées par le Code du Patrimoine, qui impose 50 ans de délais avant leur ouverture, les archives des services de l’État sont désormais disponibles ! Et si les historiens ont pu décrypter certaines d’entre elles au sein de leurs travaux présentés au cours de cette exposition, de nombreux aspects passent de l’ombre à la lumière. C’est le cas de l’histoire économique et financière par exemple. Une salve de documents inédits permettra de se pencher sur toutes ces traces écrites qui reflètent les différentes réactions de l’Autorité face aux événements : des télégrammes d'informations, décomptes de grévistes, notes de renseignements, notes de cabinet pour conseiller sur les décisions à prendre, discours, brouillons, mise en place de procédures d'urgence, documents judiciaires…Une Autorité représentée par le Président de Gaulle, les membres du gouvernement, les agents des administrations centrales et les préfets, tous en lutte pour défendre un appareil étatique confronté à un défi sans précédent dans l’histoire de France.  

Le Saviez-vous : Crées pendant la Révolution française, les Archives nationales conservent les archives politiques des différents régimes politiques du VIIe siècle à nos jours. Sa mission : favoriser l’apprentissage de la citoyenneté par la collecte, la conservation, la communication et la mise en valeur de ses fonds.

The French State has faced an important social crisis in may 1968 : the civil servents were striking, the youth was protesting in the streets, the economy was paralysed. This exhibition shows how the political institutions dealt with this unprecedented challenge.



Requiem pour les Barthélemy