ANGOULÊME // Nouvelle génération

Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
Du 25 janvier au 4 novembre 2018

Du 25 janvier au 4 novembre 2018 - 
Cité internationale de la BD et de l'Image d'Angoulême //

  • © Deena Mohamed - Shubeiklubeik
  • © Flying Dutchman - The sad handsome mysterious man
  • © Fouad Mezher - Fifth Column
  • © Hussein Adil - cookie à saveur de poudre de canon
  • © Jorj a Mhaya - Ville avoisinant la terre
  • © Joseph Kai - Sissies
  • © Lena Merhej - La recherche de l'utopie
  • © Mahmoud Benamar - Fatma au parapluie
  • © Mazen Kerbaj - Politique
  • © Migo - Les anges dorment dans la mer
  • © Noha Habaieb - Jouha et la poule
  • © Rebel spirit - Casa with love
  • © Rym Mokhtari -La plage
  • © Shennawy - Sayess
  • © Twins cartoon - Monsieur metro
  • © Zeina Abirached - Le piano oriental
  • © Zineb Benjeloun - Histoire avec un grand H

 

La BD arabe aujourd'hui

Samandal, TokTok, Skefkef… Sous ces noms étranges se cachent les collectifs d’auteurs de BD de la nouvelle génération, née du Printemps arabe. Dans les albums exposés, pas de censure. Même les sujets tabous, de la sexualité au terrorisme, sont abordés grâce à une publication indépendante. S’y côtoient des récits intimistes, inscrits dans un environnement urbain omniprésent. Ils sont 50 en tout, venant du Maghreb à la Syrie, en passant par le Liban. S’ils se connaissent tous, chacun possède un style bien à lui : les couleurs psyché de Hanan Alkarargy, les ombres de Nawel Louerrad, le crayonnage enfantin de Lena Merhej… Car la BD arabe est bien souvent féminine. Autant d’arguments qui font de celle-ci une belle victoire de l’art sur la politique.