Découverte - Il rafistole sa ville grâce au flacking

  • © EMEMEM
  • © EMEMEM
  • © EMEMEM
  • © EMEMEM
  • © EMEMEM
  • © EMEMEM
  • © EMEMEM
  • © EMEMEM
  • © EMEMEM

 

L'homme à la truelle //

Et il n'a rien d'un truand ! Ememem déambule dans sa ville chérie qu'est Lyon à la recherche de .. trous ! Crevasses, fissures et autres dégâts dus au vandalisme font son bonheur. C'est un réparateur fou, grâce à la technique qu'il appelle flacking - il redonne un peu d'allure à ces bouts de rue endommagés. Ememem est un mosaïste des temps modernes, un artisan de rue, un carreleur insatiable et il nous le prouve avec ses rafistolages intempestifs !

>> Voir son compte Instagram 


Vous aimerez aussi…

Aheneah - No glass to hold me back
  • Découverte

Du Street art au point de croix! La brillante idée d’Aheneah

Renouveler l’esthétique du street art et dépasser les frontières, c’est tout l’objectif de la jeune artiste portugaise Aheneah – de son vrai nom Ana Martins. Munies de vis et de fil, elle crée de larges œuvres murales à base de point de croix. Une œuvre absolument stupéfiante, qui défie les codes traditionnels.

Vile illusion murale 2
  • Découverte
  • Insolite

 Traverser les murs avec le street art de Vile

A tourner en rond dans nos appartements comme des bêtes en peine, on finit par avoir l’impression que les murs rétrécissent… Le graffeur portugais Vile, de son vrai nom Rodrigo Miguel Sepúlveda Nunes, a trouvé la solution parfaite pour cela.

Alicia Martin Biografias 3
  • Découverte

 Alicia Martin jette les livres par les fenêtres

Les installations d'Alicia Martin, qu’elle appelle « Biografias », mettent en scène des centaines d’ouvrages détournés de leur utilisation première, fixés dans d’étranges formes graciles grâce à une armature métallique.

Bruno Catalano - Les voyageurs 2
  • Découverte

 Des voyageurs qui disparaissent, sculptures surréalistes de Bruno Catalano

Impossible de rester de marbre face aux voyageurs incomplets de Bruno Catalano qui semblent disparaître sous nos yeux et dont seuls des lambeaux demeurent.  Et si cela nous touche autant, c’est parce que leur histoire est profondément humaine, intrinsèquement liée à la vie de l’artiste lui-même.