Requiem pour les Barthélemy
Requiem pour les Barthélemy

Diego Giacometti - Pablo Picasso

Jusqu'au 4 novembre 2018 -
Musée Picasso Paris //

  • Diego Giacometti, Lanterne, 1982-1983
  • Diego Giacometti, Plafonnier à quatre branches, 1982-1984
  • Diego Giacometti, Lustre « à motif de feuilles », 1983-1985
  • Diego Giacometti, Lanterne, 1982-1983
  • Diego Giacometti, Lanterne, 1982-1983
  • Diego Giacometti, Plafonnier à quatre branches, 1982-1984
  • Diego Giacometti, Plafonnier à quatre branches, 1982-1984
  • Diego Giacometti, Plafonnier à quatre branches, 1982-1984
  • Diego Giacometti, Lustre « à motif de feuilles », 1983-1985
  • Diego Giacometti, Torchère, 1983-1984
  • Diego Giacometti, Chaise d’après un modèle de 1955, 1983-1985
  • Diego Giacometti, Banc, 1983-1985
  • Le grand salon du premier étage, hôtel Salé

 

On a parfois tendance à l’oublier, mais la splendeur d’une collection d’œuvres d’art dépend aussi du musée dans lequel elle est exposée. Ainsi, il est parfois bon de revenir sur l’histoire et la scénographie de celui-ci… L’Hôtel Salé – que l’on connaît aujourd’hui comme Musée National Picasso – fait partie de ces hôtels parisiens qui font la beauté du quartier du Marais. Construit au XVIIe siècle dans une architecture mazarine, il tient son surnom de son propriétaire bourgeois qui percevait l’impôt sur le sel. Un bâtiment au passé prestigieux donc, qui, lors de son ouverture en tant que musée en 1985, ne veut pas déroger à son éclat : afin de marier avec goût et convenance cet écrin aux œuvres du peintre catalan, une commande est passée auprès d’un artiste pour exécuter l’ameublement. Cet artisan n’est nul autre que Diego Giacometti… à ne pas confondre avec son frère, le célèbre sculpteur. S’ils travaillaient coude à coude dans leur atelier parisien, c’est bien le design qui fait vibrer le premier. L’exposition met ainsi à l’honneur le mobilier créé par l’Italien à l’âge de 80 ans grâce à 50 meubles-sculptures étonnants : tous illustrent son goût pour la dimension végétale et son inspiration des formes étrusques. Serait-ce une cage à oiseaux au-dessus de votre tête ? Ou est-ce plutôt un mobile ponctué de poésie et d’onirisme ? Un autre regard sur le musée qui rompt la frontière entre exposé et exposant.

The exhibition explores the story behind Diego Giacometti’s extraordinary commission for the opening of the Musée national Picasso-Paris in October 1985.



Requiem pour les Barthélemy