2 surprise

Le Crac des chevaliers

Du 14 septembre 2018 au 4 mars 2019 -
Cité de l’architecture et du Patrimoine //

  • ©Cité de l'architecture & du patrimoine, Musée des monuments français. Cliché_ David Bordes
  • American Colony (Jerusalem), Crac des Chevaliers, vue depuis le Monastère Saint George,1936© Library of Congress
  • François Anus, Les hommes en Syrie © DR
  • Vignette imagée éditée par le Chocolat Pupier n°53, « Alaouites - Le Krak des Chevaliers »© Collection particulière - dr
  • ©Cité de l'architecture & du patrimoine, Musée des monuments français. Cliché_ David Bordes
  • ©Cité de l'architecture & du patrimoine, Musée des monuments français. Cliché_ David Bordes
  • ©Cité de l'architecture & du patrimoine, Musée des monuments français. Cliché_ David Bordes
  • ©Cité de l'architecture & du patrimoine, Musée des monuments français. Cliché_ David Bordes
  • ©Cité de l'architecture & du patrimoine, Musée des monuments français. Cliché_ David Bordes
  • ©Cité de l'architecture & du patrimoine, Musée des monuments français. Cliché_ David Bordes
  • ©Cité de l'architecture & du patrimoine, Musée des monuments français. Cliché_ David Bordes
  • Billet de 5 livres de la Banque de Syrie et du Grand Liban, Clément Serveau© Banque de Franc
  • Maquette du billet de 5 livres de la Banque de Syrie et du Grand Liban, Clément Serveau© Banque de France

 

Le Crac des chevaliers, comme son orthographe francisée ne le révèle pas, est une citadelle située entre l’Occident et de l’Orient (à l’ouest de la Syrie actuelle). Extrêmement influente pendant les guerres des croisades au Moyen-Âge, le célèbre officier britannique Lawrence d’Arabie a qualifié cette forteresse de «plus beau château du monde, certainement le plus pittoresque». Le Crac perd sa dimension militaire à la fin du Moyen-Âge et sera redécouvert pour sa beauté et son originalité au XIXe siècle. En effet, des siècles d’occupation et d’aménagements sous influences diverses lui donnent un charme distinct. D’abord sous occupation romaine, puis réquisitionnée par les croisés pour l’ordre religieux militaire des Hospitaliers, la citadelle passe ensuite sous domination musulmane en 1271. Le « Crac », du latin « cratum », transcrit l’expression « Hisn Al-Akrad » utilisée en Syrie et signifiant « la forteresse des Kurdes », les premiers occupants du château.

En 2006, le château est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Malheureusement, cette citadelle à l’histoire exceptionnelle est aujourd’hui en danger et a été placée en 2013 sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Discover the rich history of an ancient fortress located at the crossroads between Orient and Occident. Its architecture was influenced by its various owners.

L'expo en photos :

  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

Connaissez-vous le Crac des Chevaliers ? Un nom qui sonne étonnamment français pour ce joyau de l’architecture situé à l’Ouest de la Syrie. Ce qui frappe c’est le contraste saisissant entre la beauté de cette forteresse militaire du XIIe siècle, qualifiée par Lawrence d’Arabie de « plus beau château du monde » et l’actualité sinistre que l’on connait actuellement. Ce site en a connu des guerres, fortifié dès l’empire romain, saisi par les Croisés en 1099, passé sous domination musulmane, tour à tour Français ou Syrien, il demeure néanmoins miraculeusement aujourd’hui dans un état de conservation exceptionnel du haut de ses presque 900 ans.
La Cité de l’Architecture et du Patrimoine nous propose de découvrir cette merveille sous un angle architectural et politique inédit, en illustrant sa place symbolique dans l’imaginaire occidental. Les maquettes et les moulages historiques ici rassemblés nous donnent à voir les détails de ce « rêve de pierre », une forteresse immense dont la construction a duré plus d’un siècle, mobilisant des forces que l’on peine à concevoir. Considérée comme la « clé de la Terre Sainte » au temps des Croisades, ce château gigantesque a conservé intact son pouvoir de fascination, incarnant le modèle parfait du château fort occidental mêlé au rêve oriental, il est un pont de part et d’autre de la Méditerranée. Cette reine des forteresses est aujourd’hui un monument-phare du patrimoine syrien, récemment redécouvert au XIXe siècle après avoir été oublié pendant des années, on découvrait « un château normand transporté en Syrie. »(1861)

Pour retracer son histoire, la Cité de l'architecture s'appuie sur des archives, des imprimés, des tableaux, des maquettes et des photographies de ce trésor, inscrit au patrimoine mondial en péril de l'UNESCO.

 


Expo suivante


2 surprise