Découverte – Les œuvres immersives en scotch de Darel Carey

Ne croire que ce que l’on voit //

On se croirait dans un tunnel intersidéral, un trou noir, ou encore au beau milieu d’une faille dans l’espace-temps, où le matériel ne serait plus et les dimensions, indéfinies. Et pourtant, ce lieu n’a rien de spécial : une pièce blanche digne de votre appartement, où l’espace est bien fixe. C’était sans compter sur l’artiste Darel Carey qui a laissé son empreinte sur ces murs qui devaient lui sembler trop simples.

Grâce à de basiques rouleaux de scotch noir d’électricien, ce plasticien américain crée des installations géométriques impressionnantes, du fait de leur caractère immersif. Galeries, musées, espaces publics, ses lignes noires envahissent tous les supports, dans une approche méditative. Coller du scotch en alignement parfait serait en effet une bonne méthode pour se vider la tête… Le public quant à lui, ne sait plus où donner de la sienne : les murs acquièrent une profondeur vibrante, presque en mouvement, déstabilisant la perception de celui qui les regarde. Influencé par les travaux de M.C. Escher, il se joue des formes géométriques impossibles et de l’architecture infinie.

  • Darel Carey, Dimensionalization
  • Darel Carey, Dimensionalization
  • Darel Carey, Dimensionalization
  • Darel Carey, Dimensionalization
  • Darel Carey, Dimensionalization
  • Darel Carey, Dimensionalization
  • Darel Carey, Dimensionalization
  • Darel Carey, Dimensionalization
  • Darel Carey, Dimensionalization

 

9

Et la qualité esthétique de ces installations, appelées « Dimensionalisations », n’est pas en reste. Une œuvre de Darel Carey est exposée au Musée des Selfies de Glendale, en banlieue de Los Angeles, depuis le début de l’année. Mais son but est plus profond : faire d’un espace en deux dimensions, une perception en trois dimensions en recouvrant celui-ci du sol au plafond. En bref, interroger le spectateur sur la frontière entre ce que l’on voit et ce qu’il en est vraiment… Un hommage à Saint Thomas ?

>> En savoir plus


Vous aimerez aussi…

Sakura Zensen - Japon - 2013 ©Christophe Raynaud de Lage
  • Découverte
  • Insolite

 Les "textes de guérison" des Souffleurs commandos poétiques pendant le confinement

En réaction à l’ennui et à l’enfermement, les Souffleurs commandos poétiques publient sur les réseaux sociaux de nouveaux poèmes – appelés « petits textes d’écriture de guérison » – chaque jour à 14h.

May Parlar, Collective Solitude 2
  • Découverte
  • Photo

La solitude collective de May Parlar

La série « Collective Solitude » de May Parlar, nominée pour le Prix Aesthetica Art de 2019, interroge les questions d’appartenance et d’aliénation, du changement constant de l’être en devenir… Centrée sur le féminin, May Parlar questionne les notions d’identité et du rapport entretenu avec soi-même – ce « soi » parfois limpide mais aussi inaccessible.

HyperFocal: 0
  • Découverte

La fin des temps vue par Hugh Hayden. Déconstruction des mythes traditionnels

Diplômé en architecture, la vision de Hugh Hayden envisage les espaces et volumes comme autant de symboles qu’il utilise à son gré. En utilisant différentes formes de bois – de provenances inattendues telles que les arbres de Noël ou les bois exotiques par exemple – l’artiste américain façonne des objets surréalistes et divers pour donner son interprétation de la fin des temps.

Vile illusion murale 2
  • Découverte
  • Insolite

 Traverser les murs avec le street art de Vile

A tourner en rond dans nos appartements comme des bêtes en peine, on finit par avoir l’impression que les murs rétrécissent… Le graffeur portugais Vile, de son vrai nom Rodrigo Miguel Sepúlveda Nunes, a trouvé la solution parfaite pour cela.