Actu - Un rat japonais du XVIIIe siècle estimé à 80 000 €

Petit mais précieux //

Le 10 octobre prochain, la maison Tessier Sarrou à Drouot mettra en vente un petit rat en ivoire et en corne brune datant de l’époque Edo. Il s’agit en fait d’un netsuke, un petit objet japonais sculpté qui permettait de maintenir les cordelettes des petites boites – appelées sagemono - que l’on suspendait à la ceinture des kimonos. Ceux-ci peuvent être de manufacture et de qualité diverses, entraînant une vaste fourchette de prix, entre 500 et 3000 €. Mais le netsuke en question, réalisé par un artiste réputé de Kyoto, Masanao, au XVIIIe siècle, est estimé 80 000 €.

Son prix s’explique notamment par son sujet : le rat, représentant le dieu Daikoku, était symbole de fortune et de prospérité agricole. Celui-ci est particulièrement original par sa posture. Il semble faire sa toilette et se lèche une patte arrière. Son créateur a sans nul doute laisser parler sa créativité et sa finesse. Ce dernier, spécialisé dans le netsuke de luxe, est d’ailleurs considéré comme l’un des plus grands sculpteurs de l’école de Kyoto. Son petit rat devrait attirer foule de collectionneur.


Vous aimerez aussi…

© Paris,Musée de l'Armée/Anne-Sylvaine MARRE-NOËL
  • Actu
  • Insolite

Insolite - Découvrez les secrets de Napoléon dans une expérience immersive

Avis aux amateurs de jeux immersifs et d’Histoire : l’expérience immersive Assassin’s Creed revient du 14 juin au 7 juillet avec son jeu de piste dans l’Hôtel national des Invalides. Ultime session pour découvrir les secrets de Napoléon 1er.

AFP / Dominique FAGET
  • Actu
  • Incontournable

Actu - La plus grande fresque d’Europe est à Paris

Le duo d’artiste français Ella & Pitr a peint la plus grande œuvre de street-art d’Europe sur le toit du pavillon 3 de Paris Expo Porte de Versailles (15e).

Charles Aznavour
  • Actu

Actu - La collection de Charles Aznavour aux enchères

Décédé en octobre dernier, le chanteur français était également un grand passionné d’art. Sa sculpture en bronze de Germaine Richier, La Tauromachie, faisait partie de sa collection et a été adjugée à 2,11 millions d’euros à la maison de vente Christie’s.

Vue d'installation de «High Times», 2019. © Richard Prince. Gracieuseté de l'artiste et Gagosian. Photo: Johnna Arnold.
  • Scandale
  • Contemporain

Scandale - Cet artiste invite les visiteurs de son exposition à fumer

Goût pour la provocation ou simple expérience artistique ? Richard Prince propose une visite de son exposition à la galerie Gagosian de San Fransico, sous l’effet de sa propre variété de marijuana.