Scandale - Oeuvre polémique à l'Opéra Garnier

Une installation qui fait grincer des dents //

  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Claude Lévêque, Saturnales - Palais Garnier
  • Opéra Garnier
  • Opéra Garnier
  • Opéra Garnier
  • Opéra Garnier
  • Opéra Garnier
  • Oeuvre de Claude Lévêque à Opéra

 

Depuis le 30 décembre 2018, le majestueux escalier de l’Opéra de Paris a été orné de deux pneus dorés géants pour les 350 ans de ce temple français de l’art lyrique. L’artiste Claude Lévêque avait eu carte blanche pour la conception de son ensemble baptisé « Saturnales ».
Beaucoup n’ont pas apprécié cette œuvre qu’ils comparent aux roues d’un tracteur, bien qu’elles soient sculptées et couvertes de feuille d’or. Les indignations fusent sur les réseaux sociaux « C’est immonde ! », « Comment saccager un lieu magnifique et emblématique sous prétexte d’art contemporain ». Certains préfèrent en rire « Le palais Garnier sponsorisé par Michelin ? ». Une petite minorité salue malgré tout le travail de l’artiste et trouve que son œuvre s’intègre assez bien dans l’espace. L’artiste lui n'y voit pas une provocation mais un dialogue entre architecture intérieure très chargée et symbolique du mouvement.

Plusieurs semaines après l’installation, la polémique ne cesse d'enfler. Surtout que les pneus doivent rester en place pendant un an ! Alors qu’en pensez-vous ? Selon l’adage, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas … ou presque.