À la loupe - Pierre-Auguste Renoir, Portrait de Mademoiselle Irène Cahen d’Anvers

  • Pierre-Auguste RenoirPortrait de Mademoiselle Irène Cahen d'Anvers (La petite Irène)1880

 

1

Pierre-Auguste Renoir, Portrait de Mademoiselle Irène Cahen d’Anvers (1880)

Au XIXe siècle, il était d’usage chez les nobles et les bourgeois d’être portraituré par un peintre, comme pour garder une trace sur terre de chaque membre d’une même famille. Les Cahen d’Anvers, grands collectionneurs de cette époque, ne dérogent pas à cette règle. Le père de la famille, un banquier de confession juive, demanda en 1880 à Renoir de peindre ses trois filles. Les toiles n’ont pas du tout été appréciées par les riches commanditaires et encore moins par Irène, l’aînée, qui n’aimait pas du tout son portrait et le détesta jusqu’à la fin de sa vie. Comble du mépris pour l’artiste, l’œuvre fut accrochée dans les communs de la demeure, et finit même dans un placard. Pourtant, elle est aujourd’hui reconnue comme véritable un chef-d’œuvre. Renoir a su parfaitement traduire avec délicatesse la rêverie de la jeune fille au regard candide, à la longue chevelure rousse et aux mains sagement posées sur ces genoux. Aucun tableau ne fut plus méprisé par son modèle. Et ce n’est que le début de son histoire rocambolesque !

En 1891, Irène se maria avec Moïse de Camondo, duquel elle divorça en 1897 avant de se convertir au catholicisme en épousant le comte Charles Sampieri. Il faut attendre 1910 pour que l’œuvre sorte enfin du placard et soit offerte à Béatrice, la fille de Moïse et Irène, par sa grand-mère maternelle. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclata, les nazis raflèrent toute la famille et toute leur collection, mais Irène, devenue catholique, n’a pas été inquiétée. Son portrait est confisqué par Goering, un nazi notoire, qui le céda quelques temps plus tard à Emil Georg Bührle, un riche suisse d’origine allemande pourvoyeur d’armes lourdes pour la Wehrmacht et connu pour avoir acquis plusieurs œuvres de juifs de façon douteuse. Léon Reinach, l’époux de Béatrice de Camondo, tenta en vain de récupérer le tableau, et on peut même penser que cela a précipité sa déportation à Auschwitz. À la Libération en 1946, Irène, toujours vivante, se rend à l’exposition « Chefs-d’œuvre des collections françaises retrouvées en Allemagne ». Elle y découvrit avec stupéfaction son portrait et voulut le récupérer, en tant qu’héritière de sa fille décédée dans les camps de concentration. Mais, elle se rendit vite compte qu’elle le détestait toujours autant ! En 1949, elle décida de le revendre et ce fut Emil Georg Bührle qui l’acheta, cette fois en toute légalité.

Cette histoire riche en péripéties et en rebondissements a construit toute la célébrité de cette peinture, au-delà même de son esthétisme ou du talent de Renoir.

Pour retrouver notre article sur l'exposition "La Collection Bührle" au Musée Maillol c'est ici.


Vous aimerez aussi…

Vue d'exposition - Degas à l'opéra - Musée d'Orsay Paris (12)
  • Classique

 Les plus beaux tableaux sur la danse, de Degas à Matisse

À l’occasion de la Journée internationale de la danse, nous vous proposons de redécouvrir les plus tableaux consacrés à cet art mystérieux qui a tant fasciné les peintres, des ballerines en tutu de Degas aux bals mondains de Tissot.

John Singer Sargent - By the river 1885
  • Classique

Journée du livre : découvrez les plus beaux tableaux consacrés aux livres

Sources de savoir, de pouvoir et d’évasion, les livres nous enrichissent intellectuellement et émotionnellement à chaque fois que nous les ouvrons. Les artistes sont nombreux à avoir représenté leur pouvoir mystérieux. Redécouvrez les plus beaux tableaux consacrés aux livres.

Le Caravage, Le joueur de luth
  • Classique

A la loupe - Le Caravage, Le joueur de luth

Si ses personnages ressemblent à de doux agneaux, ne vous y méprenez pas : Michelangelo Merisi dit Le Caravage était un perpétuel ... agitateur !

© The Estate of Francis Bacon. All rights reserved. DACS 2018
  • Contemporain

A la loupe - Francis Bacon, In Memory of George Dyer

Savez-vous pourquoi la toile la plus rose de Bacon est aussi la plus noire de son œuvre ? Entrons dans le triptyque phare de l’exposition, In memory of George Dyer, Paris, 1971.