Offre découverte
Offre découverte

Actu - DAU : projet artistique génial ou sulfureux ?

Après une ouverture retardée, DAU dérange encore... //

  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Jörg Gruber 5
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Jörg Gruber 6
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Olympia Orlova 6
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Olympia Orlova 7
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Volker Glaeser
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Olympia Orlova 1
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Olympia Orlova 2
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Olympia Orlova 3
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Olympia Orlova 4
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Olympia Orlova 5
  • DAU © Phenomen IP 2019 - Photographer Alexander Zakutsky

 

Vous avez peut-être déjà vu des affiches pour ce mystérieux projet artistique, qui aura lieu  au cœur de la Ville Lumière jusqu’au 17 février 2019. Trois grandes institutions culturelles parisiennes ont accepté d’accueillir ce projet hors norme : le Théâtre du Châtelet, le Théâtre de la Ville et le Centre Pompidou.

Pourtant, coup de tonnerre : après des négociations avec la préfecture de Police, l’ouverture du projet (interdit aux moins de 18 ans) est repoussée au vendredi 25 janvier à 21h alors qu'elle était prévue un jour plus tôt. Jusqu'au deux février dernier, seuls deux lieux sont ouverts au public : le Théâtre de la Ville et le Centre Pompidou, la préfecture de police de Paris n'ayant pas encore donné son accord pour l'ouverture du Théâtre du Châtelet. C'est donc une semaine après l'ouverture prévue du projet que tous les lieux participannts sont ouverts au public. Ce retard semble en lien avec l'aura de mystère et de scandale qui entoure l'exposition/événement...

Le principe de DAU semble fou, et consiste à nous faire vivre une "expérience artistique inédite" nous replongeant en immersion dans le monde de l'ex-URSS des années 30/40, en achetant des "Visa" permettant des accès illimités aux différents lieux. L’expérience commence sur le site officiel de Dau : la procédure de demande de visa est stricte, et inclut dans certains cas un questionnaire psychologique dont les réponses, traitées par un algorithme, permettent d’élaborer pour chacun un parcours personnalisé de visite.

Projections en première mondiale des longs-métrages DAU, entretiens en tête-à-tête avec des sages recrutés pour leur profonde humanité, conférences sur la théologie, la physique quantique ou la géopolitique, promenade dans un espace habité par une création musicale originale : l’expérience est multisensorielle et totale.

Signalant l’arrivée de DAU à Paris, une sculpture lumineuse relie les trois sites de la tombée de la nuit jusqu’à l’aube : le Triangle Rouge, inspirée par l’avant-garde russe du début du 20e siècle.

Pour réaliser ce projet ambitieux et sans précédent, Ilya Khrzhanovsky a réuni autour de lui une équipe internationale de producteurs et de collaborateurs, de soutiens financiers et amicaux, d’esprits libres et avant-gardistes, d’artistes venus d’Athènes, Bakou, Belgrade, Berlin, Londres, Moscou, Paris et ailleurs. De la scénographie à la sécurité, de la gastronomie au graphisme et du décor à la dramaturgie, tout est pensé, étudié, créé de manière collaborative, quasi-communautaire et intuitive. De Kharkov à Paris aujourd’hui, l’expérience se poursuit...

Même si ce projet hors norme attise notre curiosité, on ne peut qu'être surpris, voire dérangé, par certains aspects du projet. Le "test" psychologique fait froid dans le dos, notamment quand on repense aux romans dystopiques de Georges Orwell ou les récents épisodes de la série d'anticipation Black Mirror... De nombreux détracteurs du projet accusent aussi l'auteur du projet d'être sexiste (des femmes ayant côtoyé Ilya Khrzhanovsky ont témoigné de paroles misogynes à leur égard) et passéiste, l'attrait du réalisateur russe pour cette période sombre de l'histoire de l'Europe de l'Est et de la Russie soviétique étant remise en question. L'incompréhension est totale : sommes-nous du côté d'un voyeurisme malsain ou d'un événement artistique marquant qu'il ne faudrait pas rater ?

Encore plus étonnant, il est précisé dans le long communiqué de presse officiel que : "À son arrivée, le visiteur reçoit son visa et doit échanger son téléphone portable personnel contre un Dispositif DAU personnalisé. L’application produit des instructions personnalisées générées par un algorithme pensé en fonction de chacun des visiteurs qui pénètrent dans DAU". En d'autres mots, il est donc (en théorie) interdit et impossible de prendre des vidéos et des photos de l'exposition...

Le projet DAU a d'abord fait parler de lui l'année dernière, avec l'idée de recréer le mur de Berlin à l'occasion de la date anniversaire de sa chute. Le retour de bâton est immédiat, et l'Allemagne fait savoir avec fracas qu'il est hors de question que cette expérience immersive voit le jour. C'est alors vers la France que se reporte l'artiste, avec le succès que l'on connait aujourd’hui, car même si les commentaires sont négatifs, le pari est gagné : tous les médias parlent du projet, et le bouche-à-oreille porte ses fruits.

Le mélange entre passé historique et nouvelles technologies est troublant, et le report de l'événement semble confirmer nos doutes : criera-t-on au génie ou au scandale ? Marketing et (bad) buzz ou expérience historique et artistique inédite et poignante ? Affaire à suivre...

DAU : L'expérience continue
Jusqu'au 17 février 2019

Théâtre de la Ville, Centre Pompidou et Théâtre du Châtelet 
7 jours sur 7 et 24 heures sur 24
Tarifs : 35 € (Visa de 6 heures), 75 € (Visa de 24 heures) et 150 € (Visa accès illimité).
Parcours interdit aux moins de 18 ans

>> En savoir plus sur l'expérience DAU :

>> Par ici pour réserver en ligne vos visas :



Offre découverte