The Hague
The Hague

Roux !

Du 30 janvier au 20 mai 2019 -
Musée National Jean-Jacques Henner //

  • ©  Petit  Palais  /  Roger-Viollet
  • ©  RMN-Grand  Palais  (musée  d’Orsay)  /  image  RMN-GPADAGP,  2018
  • ©  Geneviève  Boutry
  • ©  Jean-Paul  Gaultier
  • ©  Jalo,  Paris
  • ©  RMN-Grand  Palais/Adrien  Didierjean
  • ©  RMN-Grand  Palais/Tony  Querrec
  • ©  RMN-Grand  Palais/Tony  Querrec
  • ©Musée  d’Orsay,  Dist.  RMN-Grand  Palais  /  Patrice  Schmidt
  • ©  RMN-Grand  Palais/Franck  Raux
  • ©  RMN-Grand  Palais  (musée  d’Orsay)  /  Hervé  Lewandowski
  • ©  RMN-Grand  Palais  /  Franck  Raux
  • ©  Frédérique  Dumoulin
  • ©  musée  du  quai  Branly  -  Jacques  Chirac,  Dist.  RMN-Grand  Palais  /  Patrick  Gries  /  Bruno  Descoings

 

De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel //

Pourquoi parle-t-on autant des roux ? Serait-ce parce qu’ils nous fascinent ? Cette couleur de cheveux est en effet peu répandue, puisqu’elle ne représente qu’un à deux pour cent de la population humaine. Depuis la nuit des temps, la rousseur attire autant qu’elle suscite des réactions négatives. Cet accrochage original et surprenant promet de déconstruire stéréotypes et autres mythes pour mieux mettre en lumière les différents aspects de la rousseur… Le musée Jean-Jacques Henner semble être le point de départ approprié pour cette exposition d’envergure : en effet, le peintre français du XIXe siècle est reconnu pour ses toiles et ses dessins mettant en scène des femmes rousses. Ces dernières deviennent d’ailleurs de véritables icônes dans l’imagerie littéraire et artistique de ce siècle. Grâce à de nombreux prêts de musées et de particuliers, dont Nathalie Rykiel (fille de l’emblématique créatrice de mode), une centaine d’œuvres diverses, allant du croquis de mode au masque, en passant par des films, soulignent l’importance de cette couleur mythique. Sonia Rykiel joue en effet un rôle important dans cette exposition, puisque son inoubliable chevelure rousse, qu’elle revendique avec fierté, devient presque sa marque de fabrique. Vous n’êtes pas près d’oublier cette visite !

Le saviez-vous ?
Au Moyen-Âge, la rousseur était associée au diable et à la sorcellerie. Pourquoi donc ? Cette couleur rare était assimilée aux braises : on pensait alors que les roux commerçaient avec le malin, et que leur chevelure était un signe distinctif indiquant qu’ils avaient été brûlés par les flammes de l’enfer… La croyance que les roux n’ont pas d’âme vient de là.

Can you believe it ? A fascinating exhibition invite us to discover a hundred different works of art dedicated to redheads. Orange is the new trend !

Découvrez l'expo en photos et en vidéo :

  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City
  • © Arts in the City

 

Quelle drôle d’idée que de consacrer une exposition aux roux ? Pourtant pas si saugrenue, puisque la rousseur a de tout temps inspiré les artistes et fasciné les foules, entretenant des préjugés tirés par les cheveux. Couleur des flammes, ces chevelures n’ont pas toujours eu la cote… Longtemps assimilées au mal, les sorcières arborent une crinière de feu avant de lancer leurs terribles maléfices. Judas aurait eu les cheveux roux. Et Poil de Carotte n’a pas toujours eu que des fans non plus… Entre fantasme et répulsion, ces chevelures oranges obsèdent littéralement les artistes, à commencer par Jean-Jacques Henner lui-même.

Nous sommes ici en son musée, dans un sublime hôtel particulier du XVIIe arrondissement tout juste restauré. Car cet artiste du XIXe était littéralement obnubilé par les femmes rousses, peignant d’ailleurs ses modèles avec des cheveux roux, qu’elles soient rousses ou pas ! On pense notamment à sa sensuelle Andromède, qui côtoie dans cette exposition la Femme à l'orchidée d'Edgar Maxence, ou celles de Chéret ou Renoir.

Mais l’exposition ne s’arrête pas à la peinture du XIXe siècle, elle va franchir les époques et les styles, passant de la sculpture à la photographie et de la peinture à la BD.

Présentant tour à tour des icônes comme Sarah Bernhardt ou David Bowie, des créatrices de mode comme Sonia Rykiel, des personnages de notre mémoire collective comme Fifi Brindacier ou Spirou, à des héros modernes comme Rebelle ou la famille Weasley dans Harry Potter…

En tout, une centaine d’œuvres éclectiques témoignent ici du pouvoir de fascination de ces chevelures rousses, par-delà les frontières, des masques Tatanua de Polynésie coiffés d’une impressionnante crête orange aux portraits de chefs indiens de George Catlin. Eminemment sulfureuses, et teintées d’une connotation tantôt mystique, malicieuse, pècheresse ou fatale, ces chevelures vaporeuses prennent ici enfin leur revanche, questionnant leur rareté – on rappelle que seul 2% de la population mondiale est rousse – et affirmant une flamboyante beauté comme la vantait Baudelaire.


Vous aimerez aussi…

© Thomas Jorion, Courtesy Galerie Esther Woerdehoff
  • Gratuit
  • Photo

Thomas Jorion

Galerie  Esther Woerdehoff - Jusqu'au 6 avril 2019 // Après Vestiges d’empire, où il photographiait les ruines de l’empire colonial, Thomas Jorion a choisi de s’intéresser aux mystérieux écrins…

IMG_7405
  • Contemporain
  • Gratuit

Jean-Michel Coulon : Une vie pour la peinture : 1920 - 2014

Du 18 janvier au 2 mars 2019 - Maison des Arts de Châtillon // Jean-Michel Coulon est une énigme dans le monde de l’art. C’est donc une grande chance de pouvoir découvrir cet artiste hors du…

© D. Balloud
  • Classique

Les décors nabis

Du 13 mars au 30 juin 2019 - Musée du Luxembourg // Il s’agit de la première rétrospective en France consacrée à l’art décoratif des Nabis, ce mouvement postimpressionniste d’avant-garde. Ce…

Exposition Dragons art ludique le musée hors les murs paris
  • Gratuit
  • En famille

L’épopée artistique de la trilogie Dragons

Du 31 janvier au 24 février 2019 - Art Ludique - Le Musée //   Qui n’a jamais été fasciné par les dragons, ces créatures fantastiques qui font rêver petits et grands depuis toujours ?…


The Hague